Coronavirus : les Israéliens du Diamond Princess en quarantaine de retour jeudi
Rechercher

Coronavirus : les Israéliens du Diamond Princess en quarantaine de retour jeudi

Selon le ministère des Affaires étrangères, les passagers seront débarqués du bateau et embarqués dans un vol pour Israël - à l'exception des personnes contaminées

Le bateau de croisière Diamond Princess en quarantaine, amarré au port de Yokohama, près de Tokyo, le 18 février 2020. (Crédit :  Koji Sasahara/AP)
Le bateau de croisière Diamond Princess en quarantaine, amarré au port de Yokohama, près de Tokyo, le 18 février 2020. (Crédit : Koji Sasahara/AP)

Les Israéliens qui ont été placés en quarantaine sur le bateau de croisière Diamond Princess en raison de la propagation du coronavirus seront rapatriés jeudi. Les autorités japonaises ont en effet accepté qu’ils soient embarqués directement à bord d’un avion qui les ramènera au sein de l’Etat juif.

Les passagers seront testés pour garantir qu’ils n’ont pas été contaminés par le virus meurtrier. Ceux dont le test sera négatif seront autorisés à quitter le bateau, a fait savoir le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué émis mardi.

Ils recevront ensuite une autorisation spéciale qui leur permettra de rejoindre directement l’avion, qui sera affrété par plusieurs compagnies d’assurances privées et qui les ramènera en Israël.

Ce rapatriement a été annoncé alors que le ministère japonais de la Santé a fait savoir que 88 personnes supplémentaires avaient été testées positives au coronavirus sur le Diamond Princess.

Ces nouveaux cas figurent parmi un total de 681 nouveaux résultats, a indiqué le ministère – ce qui amène le nombre total de contaminations par le COVID-19, sur le bateau de croisière, à 542.

Il est impossible de dire pour le moment s’il y a des Israéliens parmi les 88 nouveaux malades.

Jusqu’à présent, trois ressortissants israéliens se trouvant à bord du navire bloqué dans le port de Yokohama, aux abords de Tokyo, ont été infectés par le coronavirus. Ils ont été hospitalisés au Japon et ils afficheraient des symptômes modérés de la maladie qui a fait près de 1 900 morts, en majorité en Chine continentale, depuis que le premier cas a été signalé, le 31 décembre 2019.

Il y a douze autres Israéliens sur le bateau qui, jusqu’à présent, n’auraient pas été contaminés par le virus.

Mardi, le consul israélien au Japon, Revital Ben Naim, et l’expert israélien en maladies infectieuses Ran Nir-Paz se sont rendus dans les deux hôpitaux militaires où les ressortissants de l’Etat juif ont été pris en charge et confinés à l’isolement – un couple dans l’un des hôpitaux et un homme dans l’autre – et ils se sont entretenus avec les malades par téléphone, a annoncé le ministère dans un communiqué.

Nir-Paz a fait savoir que les Israéliens étaient « à l’évidence dans un état modéré » et qu’ils recevaient un bon traitement de la part des équipes médicales japonaises.

Le ministère de la Santé avait envoyé Nir-Paz, du centre médical Hadassah de Jérusalem, au Japon pour se renseigner sur l’état de santé des Israéliens contaminés.

Le consul d’Israël au Japon, Revital Ben Naim, à droite, et le spécialiste des maladies infectieuses israélien Ran Nir-Paz, au Japon, le 18 février 2020. (Crédit : Ministère de la Santé)

Le vice-directeur du ministère de la Santé Itamar Grotto et l’ambassadeur israélien au Japon Yaffa Ben-Ari avaient rencontré, lundi à Tokyo, des responsables japonais de la Santé pour débattre de l’évacuation des citoyens israéliens du bateau, avait fait savoir le ministère à ce moment-là.

Le ministre de la Santé Yaakov Litzman a donné pour instruction au centre médical Sheba, de Tel Hashomer, de se préparer à placer les Israéliens en quarantaine dès leur arrivée dans le pays. Ils seront installés dans une unité séparée et des personnels médicaux spécialement chargés de cette mission seront à leur chevet, a ajouté le ministère.

Deux avions ont ramené, dimanche soir, les 340 Américains qui se trouvaient sur le Diamond Princess aux Etats-Unis. 380 Américains se trouvaient à bord. Le département d’Etat a ultérieurement fait savoir que 14 évacués avaient été testés positifs au coronavirus avant d’embarquer dans l’avion.

Ils ont été rapatriés aux Etats-Unis parce qu’ils ne montraient pas de symptômes. Ils ont été isolés des autres passagers à bord de l’appareil lors de leur retour dans le pays, a-t-il précisé.

L’Australie, le Canada, Hong-Kong et l’Italie programmeraient la mise en place de vols similaires pour leurs ressortissants.

Le ministère de la Santé a fait savoir dimanche que les Israéliens revenant de quatre destinations de l’Est-asiatique devraient se placer eux-mêmes en quarantaine pendant deux semaines dans un contexte d’inquiétudes portant sur la propagation du coronavirus.

Les Israéliens s’étant rendus en Thaïlande, à Singapour et dans les régions chinoises semi-autonomes de Hong-Kong et de Macao devront rester à l’isolement, a expliqué le ministère.

Antérieurement, seuls les voyageurs revenant de Chine continentale étaient soumis à cette auto-quarantaine.

Lundi, le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri, sur le conseil du ministère de la Santé, a ordonné que les citoyens non-israéliens en provenance de Thaïlande, de Singapour, de Hong-Kong et de Macao ne soient pas autorisés à entrer sur le territoire israélien – une mesure de précaution supplémentaire.

Le ministère des Affaires étrangères craindrait les répercussions diplomatiques avec certains pays du sud-asiatique suite à ces mesures extrêmes – ce sont les plus fortes qui ont été adoptées jusqu’à présent par un pays.

La nouvelle maladie, appelée le COVID-19, est apparue pour la première fois au mois de décembre à Wuhan, la capitale de la province centrale de Hubei, en Chine, et elle s’est depuis propagée dans plus d’une douzaine de pays.

La Chine continentale a rapporté 1 886 cas supplémentaires de virus et 98 nouveaux décès pour un total de 1 868 dans son nouveau bilan, émis mardi. Ce bilan a suivi des informations établissant que 80 % des malades n’avaient montré que des symptômes modérés – ce qui a entraîné un optimisme prudent chez les responsables de la santé.

Ce sont 72 436 cas au total qui ont été rapportés en Chine continentale, même si un pic des cas récents a été entraîné par une définition plus large de la maladie dans la région la plus touchée – sur la base des diagnostics déterminés par les médecins avant que les tests de laboratoire ne soient achevés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...