Courts, docs, et films : le festival du film israélien débarque à Paris fin mars
Rechercher

Courts, docs, et films : le festival du film israélien débarque à Paris fin mars

Deux hommages - à Amos Oz et Moshé Mizrahi - sont programmés lors de ce festival qui se déroulera au cinéma Majestic Passy du 19 au 26 mars

L'écrivain israélien Amos Oz à son domicile de Tel Aviv, en novembre 2015. (Crédit : AP/Dan Balilty)
L'écrivain israélien Amos Oz à son domicile de Tel Aviv, en novembre 2015. (Crédit : AP/Dan Balilty)

Le 19e festival du film israélien de Paris se tiendra au Majestic Passy du 19 au 26 mars prochain. Au programme : des courts et longs métrages, et des documentaires.

Parmi eux, King Bibi, de Dan Shadur qui éclaire le spectateur sur l’histoire et la personnalité de Benjamin Netanyahu, cet « indestructible« .

« King Bibi, le bien nommé, est un documentaire inouï, mené tambour battant au rythme effréné et bourré d’archives et d’analyses, » rapporte le site du festival.

« C’est aussi l’histoire remarquable de la montée au pouvoir de Benjamin Netanyahou, qui dès l’âge de 30 ans arrive à s’imposer aux Etats-Unis et à être dans la cour des grands, celui qui conseille et qui guide en matière de sécurité. Le film montre aussi ses fêlures, la plus grande celle de la disparition de son frère : Yonathan au cours du raid sur Entebbe ».

Autre documentaire d’intérêt et primé « Meilleur documentaire » au Festival du film juif de Toronto 2018, Synopsis est basé sur une idée très originale. Le documentaire « cherche à explorer l’âme israélienne à travers les galeries, les réserves et les visiteurs du Musée d’Israël, l’institution culturelle la plus importante d’Israël ».

Ran Tal le réalisateur « a posé sa caméra dans les recoins les plus quotidiens de cet espace magnétique où est concentré des millions d’années de civilisations antiques, bibliques ». Résultat un portait étonnant de ce qui constitue la personnalité israélienne.

Au menu des longs-métrages israéliens, on retrouvera entre autres, Good Morning Son, d’Amikam Kovner et Assaf Snir, Synonymes de Nadav Lapid, primé à Berlin et Tel Aviv on fire de Sameh Zoabi.

Le festival projettera également des courts-métrages réalisés par des élèves de l’école Betzalel de Jérusalem, et un hommage aux disparus Amos Oz et à Moshe Mizrahi, réalisateur israélien d’origine égyptienne.

L’ensemble du programme est disponible ici.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...