COVID : les mariages pourraient être de nouveau limités, parmi d’autres mesures
Rechercher

COVID : les mariages pourraient être de nouveau limités, parmi d’autres mesures

Le directeur général du ministère indique que des restrictions sont examinées à mesure que les cas augmentent et que les centres de loisirs peuvent accueillir les plus jeunes

Un couple célèbre son mariage dans un parc public de l'implantation d'Efrat, le 15 mars 2020. (Gershon Elinson/Flash90)
Un couple célèbre son mariage dans un parc public de l'implantation d'Efrat, le 15 mars 2020. (Gershon Elinson/Flash90)

Le directeur général du ministère de la santé, Chezy Levy, a déclaré jeudi que le nombre d’invités autorisés aux mariages pourrait être réduit en raison de l’augmentation des niveaux d’infection.

« Des restrictions supplémentaires sont sur la table pour discussion, par exemple dans le domaine des événements organisés dans les salles », a-t-il expliqué à la radio de l’armée. « Les mariages pourraient devoir être réduits, s’il n’y a pas le choix. »

Au début de ce mois, les ministres ont approuvé la tenue d’événements pouvant accueillir jusqu’à 250 personnes pour des mariages et des cérémonies religieuses telles que les circoncisions et les bar et bat mitzvah, alors même que le nombre de cas augmentait. Les événements culturels sont désormais autorisés pour 250 personnes avec certaines restrictions, et le ministère de la Culture peut délivrer une autorisation pour un événement de 500 personnes dans certaines situations.

M. Levy a également annoncé jeudi que les centres de loisirs pour les jeunes enfants seraient autorisés à ouvrir, mais pas pour les enfants plus âgés et les adolescents, sans définir clairement la limite d’âge. On ignore si la question nécessiterait un vote ministériel.

Chezy Levy, PDG et directeur médical de l’hôpital Barzilai, à Ashkelon. (Capture d’écran YouTube)

« Nous autoriserons les centres de loisirs si la santé des enfants y est garantie, mais les colonies de vacances ne seront pas [ouvertes] », a-t-il expliqué. « Nous discutons actuellement des grandes lignes et nous voulons que les groupes soient limités, mais le nombre n’a pas encore été confirmé. Nous aurons besoin de maintenir une distance sociale et d’assurer une surveillance pour prévenir autant que possible la contagion. »

Sigal Sadetzky, responsable des services de santé publique au sein du ministère, a indiqué jeudi au site d’information Ynet qu’elle conseillerait aux personnes âgées de ne pas se rendre à des manifestations ou d’utiliser les transports publics sauf en cas de nécessité.

La prof. Sigal Sadetzky, chef des services de santé au ministère de la Santé, s’exprime lors d’une conférence de presse sur le coronavirus, à Jérusalem, le 31 mai 2020. (Crédit : Flash90)

« Nous avons peut-être déconfiné trop rapidement. Le public n’est pas discipliné et ne porte pas de masque », a-t-elle commenté. « Il y a une augmentation du nombre de nouveaux patients, et je suis inquiète. Nous continuons à protéger les personnes âgées et les populations à risque plus que les autres, mais cela ne peut jamais être totalement efficace. »

Les déclarations des responsables sont survenues juste avant que le ministère de la Santé ne signale 473 nouveaux cas confirmés de coronavirus au cours des 24 heures précédentes.

Sur les 5 870 cas actifs, 49 personnes se trouvaient dans un état grave, soit une augmentation de trois personnes par rapport à la nuit précédente, dont 29 sous respirateur, a annoncé le ministère. Quarante-cinq autres Israéliens étaient dans un état modéré, soit 4 de plus, et les autres présentaient des symptômes légers ou étaient asymptomatiques.

Des gens font leurs courses au marché Mahane Yehuda à Jérusalem, le 17 juin 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministère de la Santé a indiqué que 17 682 tests ont été effectués mercredi, avec un taux de 2,6 % de tests positifs. Ce chiffre est inférieur à celui de mardi, où 19 533 tests ont été effectués, le nombre quotidien le plus élevé, avec 2,3 % de résultats positifs.

Au total, 15 961 personnes se sont rétablies du virus.

Il n’y a pas eu de nouveaux décès en date de jeudi matin, le nombre de morts s’élevant toujours à 308.

La hausse des infections est survenue après que les experts ont averti les ministres que le pays était sur le point de « perdre le contrôle » de la nouvelle épidémie. Mercredi, le site d’information Ynet a annoncé le plus grand nombre de nouveaux cas quotidiens en plus de deux mois.

Pour tenter de stopper cette augmentation, la Knesset a présenté mercredi soir un projet de loi visant à rétablir la surveillance opérée par le Shin Bet pour suivre les porteurs du virus et les personnes qui y sont exposées – malgré l’opposition de l’agence à cette mesure.

En outre, le ministre de la Défense Benny Gantz a ordonné au commandement du front intérieur de l’armée d’ouvrir de nouveaux hôtels pour les patients atteints du COVID-19 et à des fins de quarantaine. L’armée gère actuellement six installations pour les personnes infectées et celles qui ne peuvent pas s’isoler chez elles de manière adéquate.

Des passagers dans le tramway de Jérusalem, le 21 juin 2020. (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)

Mercredi également, un confinement partiel est entré en vigueur à Elad, ville ultra-orthodoxe du centre d’Israël, et dans certaines zones de la ville de Tibériade au nord. Ils resteront en place pendant une semaine afin de ralentir la propagation du virus.

La forte augmentation du nombre de cas a alimenté les craintes d’une seconde vague et a conduit le ministère de la Santé à demander dimanche aux hôpitaux de tout le pays à se préparer à rouvrir leurs services de traitement du coronavirus.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...