Daniel Benhaïm : « non, le gouvernement n’a pas coupé le budget du Plan France de l’Agence juive »
Rechercher

Daniel Benhaïm : « non, le gouvernement n’a pas coupé le budget du Plan France de l’Agence juive »

Le directeur de l'Agence juive de France explique pourquoi la polémique sur la fin du Plan France est 'tout simplement fausse'. L'Agence juive attend le renouvellement de ce budget pour mars 2018

Daniel Benhaim, directeur de l'Agence juive en France (Crédit: Facebook)
Daniel Benhaim, directeur de l'Agence juive en France (Crédit: Facebook)

Les réseaux sociaux juifs francophones ont connu un léger ‘coup de chaud’ ces derniers jours. Le ministère israélien de l’Alyah et de l’Intégration aurait mis fin au Plan France, une dotation de l’ordre de 50 millions de shekels pour renforcer les structures aidant les Juifs de diaspora à émigrer en Israël. Pour certains une « trahison envers l’alyah française », pour d’autres une sanction visant « le manque d’efficacité de l’Agence juive ».

« C’est faux, tout simplement, » affirme, agacé, le directeur de l’Agence juive en France, Daniel Benhaïm.

En 2014, le gouvernement a décidé de s’engager de manière importante en faveur de l’alyah. A cette occasion le ‘ministère de l’intégration’ devient le ‘ministère de l’intégration et de l’alyah’. Un plan triennal d’action d’encouragement à l’alyah est mis en place. Ce plan de trois ans s’est achevé cet été, comme prévu. Selon le directeur de l’Agence juive, le processus de renouvellement est en cours ; même si le gouvernement n’a pas encore voté le renouvellement de ce plan.

« Le plan France d’abord (Tsarfat Thila en hébreu) est en fait comme un surnom, explique Benhaïm. Le vrai nom du programme est ‘le plan d’encouragement à l’alyah’. Cette aide a ensuite concerné la Belgique, puis des pays de l’ex-URSS, l’Argentine et le Brésil ». Il a pour objectif, notamment, de permettre aux candidats à l’alyah d’accéder à une meilleure information par le biais de salons à thème.

« Le ministère de l’Alyah et de l’Intégration est en train de travailler à un nouveau décret, explique le directeur de l’Agence juive qui passera ensuite devant le conseil des ministres puis enfin devant le ministère du Budget ».

En attendant le renouvellement de ce décret, qui devrait arriver en mars 2018, des budgets ont été alloués afin que les actions soutenues par ce plan puissent être maintenues dans les différents pays pendant 8 mois.

« On peut reprocher au gouvernement qu’il n’a pas acté une décision immédiatement; on peut aussi lui reprocher l’absence de parole politique, mais pas celle d’absence de moyens, car il continue de donner. Dire que cela va s’arrêter est faux, » explique celui qui regrette la profusion de polémiques inutiles.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...