Rechercher

Deri au cœur d’une polémique suite à des propos tenus dans un 5 étoiles en Suisse

Une semaine après avoir quitté la Knesset, le chef du parti ultra-orthodoxe Shas a publié une vidéo accusant le gouvernement "d'affamer les enfants"

Le chef du parti Shas Aryeh Deri quitte la cour des magistrats de Jérusalem après avoir plaidé coupable pour délits fiscaux dans le cadre d'une négociation de peine, le 22 janvier 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le chef du parti Shas Aryeh Deri quitte la cour des magistrats de Jérusalem après avoir plaidé coupable pour délits fiscaux dans le cadre d'une négociation de peine, le 22 janvier 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le chef du parti Shas, Aryeh Deri, a publié une vidéo ce week-end dans laquelle il fustige le gouvernement pour les hausses de prix qui nuisent aux membres les plus faibles de la société, alors qu’il passe actuellement des vacances dans un hôtel de luxe en Suisse.

Aryeh Deri a démissionné de la Knesset la semaine dernière dans le cadre d’un accord de négociation de peine pour des délits fiscaux, mais il reste à la tête du parti ultra-orthodoxe.

Les politiciens de la coalition ont reproché à M. Deri pour la diffusion de cette vidéo alors qu’il passait ses vacances à Saint-Moritz.

Dans la vidéo, on voit une mère et son fils faire du shopping. L’enfant demande à acheter des boissons sucrées et des assiettes jetables, deux articles qui ont récemment fait l’objet d’une augmentation des taxes.

La mère se plaint de ne pas pouvoir les acheter à cause des  » prix [du ministre des Finances Avigdor] Liberman », tandis qu’un homme à l’accent russe dans le magasin se réjouit du prix de la nourriture pour chats, une référence apparente à une disposition très controversée du budget de l’État allouant 12 millions de shekels pour stériliser les chats errants.

L’accent de l’homme semble faire allusion à Liberman et à son parti Yisrael Beytenu, qui bénéficie d’un soutien important de la part des électeurs russophones.

La vidéo se termine par le texte suivant : « Un gouvernement qui affame les enfants et augmente les prix n’a pas le droit d’exister ».

Deri a fait face à de nombreuses critiques concernant la vidéo, certains publiant des photos des installations somptueuses de l’hôtel cinq étoiles Grand Hotel des Bains Kempinski à Saint-Moritz, où il séjourne.

Alex Kushnir, député de Yisrael Beytenu, a tweeté que de nombreux électeurs de Deri ne pouvaient pas couvrir leurs dépenses « parce que vous avez décidé qu’ils ne méritent pas d’étudier et de gagner leur vie ».

« Vous les avez rendus dépendants des pensions que vous avez distribuées comme pots-de-vin électoraux tout en vous moquant d’eux depuis votre maison de Safsufa et en versant une larme depuis une station de luxe en Suisse », a ajouté Kushnir. « Votre cynisme est si transparent qu’il est également visible à travers l’accord de négociation de peine que vous avez signé. »

Le fils de Deri, Yanki Deri, a déclaré en réponse que lui et ses huit frères et sœurs ont financé les vacances en Suisse comme surprise pour l’anniversaire de mariage de leurs parents.

« Nous espérons que papa et maman reviendront avec une force renouvelée pour lutter contre les décrets du gouvernement, qui nuisent aux couches les plus faibles de la société et du judaïsme », a-t-il écrit sur Twitter.

Le Mouvement pour un gouvernement de qualité en Israël a demandé au Shas de retirer immédiatement la vidéo des réseaux sociaux, suggérant qu’elle violait les lois électorales.

Le groupe s’est opposé à ce que la mère dans la vidéo se réfère à une carte de bons d’alimentation délivrée par le gouvernement comme une « carte Deri », citant l’interdiction d’utiliser des ressources publiques pour des campagnes politiques.

« La vidéo dépeint une image inquiétante dans laquelle le parti Shas utilise des ressources et des fonds publics pour sa propagande électorale, d’une manière qui soulève des soupçons de violation des lois électorales », a déclaré l’organisation.

Le groupe a ajouté qu’il ferait appel au Comité central des élections si la vidéo n’était pas retirée.

M. Deri a déjà passé 22 mois en prison de 2000 à 2002 après avoir été reconnu coupable d’avoir accepté des pots-de-vin alors qu’il était ministre de l’Intérieur. En 2013, il est revenu à la politique, récupérant la direction du parti Shas et revenant finalement au poste de ministre de l’Intérieur de 2016 jusqu’à l’année dernière, lorsque son parti est entré dans l’opposition.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...