Des acteurs des 3 religions monothéistes établissent des directives de bonne conduite
Rechercher

Des acteurs des 3 religions monothéistes établissent des directives de bonne conduite

Une initiative interconfessionnelle suggère d'éviter tout contact physique et échanges virtuels, d'installer des portes vitrées dans les bureaux pour éviter les situations compromettantes

La synagogue de Troyes. Illustration. (Crédit : Didier Guy)
La synagogue de Troyes. Illustration. (Crédit : Didier Guy)

Une initiative interconfessionnelle a créé des directives éthiques internationales à l’intention des dirigeants religieux, pour garantir une conduite irréprochable à l’égard de leurs fidèles.

Les Dix Directives ont été annoncées la semaine dernière à Jérusalem, lors de la conférence internationale de l’organisation Tahel, un centre de crise pour femmes et enfants religieux.

Cette nouvelle initiative appelle les dirigeants religieux du monde entier à se réunir et à discuter des problèmes de violence sexuelle et de harcèlement au sein de leurs communautés, et à adhérer aux directives internationales.

Les Dix Directives incluent un rappel aux dirigeants de faire confiance à leurs instincts. À titre d’exemple, les directives précisent que « si vous sentez qu’une distance supplémentaire s’impose, dans des circonstances spécifiques, faites-vous confiance. C’est un signal d’alarme vous invitant à davantage de précautions. »

Une autre directive exhorte les dirigeants à éviter tout contact virtuel avec leurs étudiants, leurs fidèles et les membres de la communauté, parce que les mots peuvent être mal interprétés et transformés en propos déplacés ou en harcèlement. Ils sont également invités à installer des portes vitrées sur leurs bureaux, à installer un bureau entre eux et les personnes qu’ils reçoivent, à mettre par écrit toute rencontre, et à éviter tout contact physique.

Parmi les signataires de cette directive figurent le rabbin et docteur Aharon Adler de Jérusalem ; Elizabeth Petersen, une catholique anglicane fondatrice du South African Faith and Family Institute, qui réunit les dirigeants de plusieurs courants en Afrique ; Ramadan Dabash, un Mokhtar de Jérusalem Est et Victor Vieth, un intellectuel catholique, fondateur du Gundersen National Child Protection Training Center.

« Cette initiative est unique parce qu’elle se focalise sur la hiérarchie de l’environnement religieux, qui favorise les crimes sexuels au sein de la communauté », a déclaré Debbie Gross, directrice de Tahel, dans un communiqué.

« Les victimes d’abus se tournent souvent vers leurs mentors religieux, avant de faire appel aux autorités, en supposant qu’ils se sentent suffisamment en sécurité pour le faire. À cause de la tendance à étouffer les histoires au sein des communautés, afin d’en préserver la réputation et éviter les trahisons, les enseignants, les conseillers d’orientation et les directeurs d’écoles ferment les yeux au lieu de signaler des situations problématiques. »

Ces directives s’inscrivent dans le contexte de la série d’allégations portées contre des personnalités médiatiques, sportives et politiques.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...