Des effigies de Trump et Pence brûlées lors d’une manifestation palestinienne
Rechercher

Des effigies de Trump et Pence brûlées lors d’une manifestation palestinienne

Manifestation dans un camp de réfugiés près de Bethléem en signe de "rejet" des coupes américaines à l'UNRWA, selon la télévision palestinienne

Des Palestiniens dans le camp de réfugiés d'Aida près de Bethléem pendent des effigies de Donald Trump et Mike Pence, 27 janvier 2018 (Facebook)
Des Palestiniens dans le camp de réfugiés d'Aida près de Bethléem pendent des effigies de Donald Trump et Mike Pence, 27 janvier 2018 (Facebook)

Samedi, la télévision palestinienne a diffusé une vidéo montrant des Palestiniens parodiant l’exécution du président américain Donald Trump et de son vice-président Mike Pence.

Les effigies des dirigeants américains ont été pendues puis brûlées dans une rue du camp de réfugiés d’Aida, au nord de Bethléem.

Les Palestiniens ont gelé leurs liens avec Washington après la reconnaissance par Trump, le 6 décembre, de Jérusalem comme capitale d’Israël. Les États-Unis ont réagi au boycott en gelant des paiements d’une valeur de 100 millions de dollars à l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine au Proche-Orient (UNRWA) au début du mois, et la Maison Blanche et le Congrès menacent de réduire encore l’aide aux Palestiniens.

Wattan TV a déclaré que l’action avait été conçue comme un « rejet » par les manifestants des coupes budgétaires américaines à l’UNRWA. Wattan est une chaîne de télévision indépendante basée à Ramallah.

Avant l' »exécution », les manifestants ont brandi des drapeaux palestiniens et diverses pancartes, dont l’une avec des photos de Trump, Pence et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, toutes marquées d’un « X ». Au-dessus figuraient les slogans : « Sionisme = nazisme = fascisme. USA = ISIS = terreur. »

مخيم عايدة: تنفيذ حكم الإعدام بمجسمي لترامب ونائبه للتعبير عن رفض تقليصات الاونروا

Posted by ‎وكالة وطن للانباء‎ on Saturday, 27 January 2018

Un sondage publié la semaine dernière montre que le soutien à la lutte armée a presque doublé chez les Palestiniens au cours des six derniers mois : seulement 26 % des Palestiniens ont déclaré qu’ils étaient favorables à un accord de paix, une baisse vertigineuse par rapport aux 45 % de juin dernier. 38 % d’entre eux soutenaient la lutte armée, contre seulement 21 % dans l’enquête précédente.

Le même sondage, réalisé par le Tami Steinmetz Center for Peace Research de l’Université de Tel Aviv et le Palestinian Center for Policy and Survey Research de Ramallah, a révélé que le soutien israélien à une offensive militaire décisive pour mettre fin au conflit s’est accru de près de 60 % au cours de la même période.

L’augmentation du militantisme serait liée à la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël par Trump le 6 décembre.

La déclaration a provoqué une recrudescence des manifestations violentes en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Il y a également eu une augmentation des attaques à la roquette depuis Gaza, et le Hamas, le groupe terroriste qui dirige Gaza et cherche à détruire Israël, a appelé à une nouvelle Intifada pour libérer Jérusalem et a exhorté les Palestiniens à se confronter aux soldats et aux résidents des implantations.

Le Comité central de l’Organisation de libération de la Palestine – le deuxième organe de décision suprême pour les Palestiniens – a récemment voté pour déclarer officiellement que les États-Unis n’étaient plus les seuls parrains des pourparlers de paix.

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a déclaré vendredi au chef du parti Meretz, Zehava Galon, que « les accords d’Oslo sont morts », a rapporté la Dixième chaîne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...