Israël en guerre - Jour 237

Rechercher

Des étudiants anti-Israël évacués de l’université de Berne par la police

Des dizaines d'activistes occupaient depuis dimanche soir plusieurs locaux de l'université, dont le restaurant universitaire et réclamaient un "boycott académique des institutions israéliennes"

Des étudiants anti-israéliens accrochent une banderole sur laquelle on peut lire "Libérez la Palestine de la mer au Jourdain", lors d'une manifestation à l'université de Lausanne, en Suisse, le 4 mai 2024. (Crédit : Fabrice Coffrini/AFP)
Des étudiants anti-israéliens accrochent une banderole sur laquelle on peut lire "Libérez la Palestine de la mer au Jourdain", lors d'une manifestation à l'université de Lausanne, en Suisse, le 4 mai 2024. (Crédit : Fabrice Coffrini/AFP)

La police est intervenue tôt mercredi matin pour évacuer quelques dizaines d’étudiants anti-Israël qui occupaient depuis dimanche l’Université de Berne, rapporte la direction de l’établissement dans un communiqué.

La police s’est rendue sur place à la demande de la direction, qui dès lundi avait jugé toute occupation « inacceptable ».

Ces étudiants veulent dénoncer l’offensive israélienne dans la bande de Gaza, déclenchée par l’attaque sans précédent menée le 7 octobre sur le territoire israélien par le groupe terroriste islamiste palestinien du Hamas.

La trentaine d’occupants encore présents sur les lieux ont quitté le site vers 03H00 GMT (05H00 locales). Ils ont scandé des slogans anti-Israël et propalestiniens à l’extérieur des bâtiments, avant de se retirer, a constaté un journaliste de l’agence Keystone-ATS.

Des dizaines d’activistes occupaient depuis dimanche soir plusieurs locaux de l’université, dont le restaurant universitaire.

Ils réclamaient un « boycott académique des institutions israéliennes ».

L’université leur avait donné un ultimatum pour quitter les lieux, mais avaient passé outre.

Le recteur de l’université Christian Leumann s’est dit prêt à poursuivre « un dialogue constructif » mais estime qu' »une occupation et des revendications politiquement motivées ne fournissent pas un cadre pour un dialogue constructif », dans un communiqué publié mercredi.

La veille, des policiers avaient évacué l’université de Genève (UNIGE) là aussi sans incident et à la demande de la direction de l’établissement.

Celle-ci avait ouvert le dialogue avec les manifestants mais avait haussé le ton lundi après l’échec de négociations, en annonçant le dépôt d’une plainte pénale pour violation de domicile.

Le mouvement étudiant de soutien aux Palestiniens, inspiré par les occupations de campus aux Etats-Unis, avait démarré à l’université de Lausanne et s’est étendu depuis, plus ou moins temporairement, à d’autres universités du pays, dont Fribourg, Bâle, Berne, Zurich ou encore les prestigieuses écoles polytechniques de Lausanne et de Zurich.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.