Israël en guerre - Jour 252

Rechercher

Des familles de prisonniers français en Iran en appellent à l’ONU

La diplomatie française n'a pas mâché ses mots à l'occasion du deuxième anniversaire de la détention de Cécile Kohler et Jacques Paris, condamnant "cette politique d'otages d'Etat et ce chantage permanent des autorités iraniennes"

Une femme, tenant une photo de l'enseignante française Cécile Kohler, détenue en Iran depuis mai 2022 avec son compagnon Jacques Paris, participe à un rassemblement place de la République à Paris, le 23 mars 2024, pour soutenir et demander la libération des quatre citoyens français détenus en Iran. (Crédit : Kiran Ridley/AFP)
Une femme, tenant une photo de l'enseignante française Cécile Kohler, détenue en Iran depuis mai 2022 avec son compagnon Jacques Paris, participe à un rassemblement place de la République à Paris, le 23 mars 2024, pour soutenir et demander la libération des quatre citoyens français détenus en Iran. (Crédit : Kiran Ridley/AFP)

Les soutiens de trois Français prisonniers en Iran – Cécile Kohler, Jacques Paris et Louis Arnaud – en ont appelé à l’ONU lundi à Genève pour faire pression sur Téhéran et attirer l’attention sur le sort de ces otages.

Noémie Kohler, la sœur de Cécile détenue depuis un peu plus de deux ans avec son compagnon Jacques Paris, espère ainsi attirer l’attention internationale « sur la situation de nos proches, de nos proches otages en Iran » et accélérer leur libération.

« C’est une urgence absolue aujourd’hui, leur santé se dégrade et il est temps que ce cauchemar se termine », a expliqué Mme Kohler à l’AFP, devant le siège de l’ONU.

« C’est très important pour nous, nous avons vraiment besoin d’une reconnaissance de leur situation, de leur détention arbitraire et (…) qu’ils soient libérés au plus vite », renchérit Sylvie Arnaud, la mère de Louis.

Ce consultant, en détention depuis plus d’un an et demi, a été condamné en novembre à cinq ans de prison pour propagande et atteinte à la sécurité de l’Etat iranien. Une condamnation jugée « inacceptable » par la France.

Cécile Kohler, enseignante de lettres modernes, a été arrêtée lors d’un voyage en Iran avec son compagnon Jacques Paris, le 7 mai 2022, officiellement pour « espionnage ».

Capture d’écran d’une vidéo de la citoyenne française Cecile Kohler, détenue en Iran et soupçonnée d’espionnage. (Capture d’écran: Twitter, used in accordance with Clause 27a of the Copyright Law)

Mmes Kohler et Arnaud ainsi que leurs avocats sont venus à Genève saisir le groupe de travail sur la détention arbitraire, un aréopage d’experts indépendants mandatés par le Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

« Notre démonstration consiste à dire que la détention de Cécile Kohler, de Jacques Paris et de Louis Arnaud ne répond pas à ces critères (ceux des conventions internationales adoptées par l’Iran, ndlr) et que donc leur détention doit être qualifiée d’arbitraire », a expliqué l’un des avocats, Martin Pradel.

Louis Arnaud, 35 ans, arrêté le 28 septembre 2022 alors qu’il se rendait en Iran.Il a été condamné à cinq ans de prison en novembre 2023 pour atteinte à la sécurité nationale. (Crédit :
FAMILY HANDOUT/AFP)

« Nous sommes pressés parce que nous savons que leurs conditions de détention sont extrêmement dures », a insisté l’avocat, espérant une prise de position rapide du groupe de travail « d’ici l’été ».

Pour l’avocat, un avis des experts « va aussi donner à la France les moyens d’une protestation un peu différente, en disant : nous ne sommes pas les seuls, nous Français, à trouver que cette situation est anormale ».

« Nous voulons que le chef de l’Etat français comprenne qu’il va falloir maintenant qu’il se mette en colère pour dire simplement que cette situation est inacceptable », a ajouté Me Pradel.

La diplomatie française n’a pas mâché ses mots à l’occasion du deuxième anniversaire de la détention de Cécile Kohler et Jacques Paris, condamnant « cette politique d’otages d’Etat et ce chantage permanent des autorités iraniennes ».

Une accusation peu goûtée à Téhéran qui avait dénoncé une prise de position « interventionniste et inappropriée ».

Un autre Français, prénommé Olivier, dont l’identité n’a pas été révélée, est également détenu, comme des dizaines de prisonniers étrangers, ayant souvent la double nationalité.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.