Des Israéliens veulent sauver un village symbole de la ‘Nakba’
Rechercher

Des Israéliens veulent sauver un village symbole de la ‘Nakba’

L'association qui regroupent Israéliens et Palestiniens a déjà obtenu une suspension des travaux immobiliers qui comprenaient la destruction du lieu

Exploration de Lifta pendant le Festival In House (Crédit : Saison de la Culture de Jérusalem)
Exploration de Lifta pendant le Festival In House (Crédit : Saison de la Culture de Jérusalem)

Les 75 maisons de Lifta, aujourd’hui village fantôme à l’est de Jérusalem, sont devenus l’un des symboles de la Guerre d’indépendance menée par Israël après l’offensive de plusieurs pays arabes, commémorée comme la ‘Nakba’, la ‘Catastrophe’ côté palestinien.

En 1948, ses 3 000 habitants ont fui le village, beaucoup d’entre eux iront habiter à Jérusalem-est.

Mais un projet immobilier israélien, comprenant des constructions sur ce terrain, inquiète une partie de la population palestinienne et israélienne. Réunis dans une association de préservation du lieu, ils ont obtenu la suspension des travaux.

Radio-France Internationale (RFI) a interrogé un Israélien, l’architecte Shmulik Groharg, qui fit un temps partie du projet immobilier, mais qui milite aujourd’hui pour la préservation du lieu.

Selon l’architecte, « le gouvernement israélien selon lui, poursuit le projet car il ne souhaite pas que Lifta soit un mémorial pour la Nakba ». Toujours selon RFI, Dafna Golan, qui coordonne le projet de conservation du lieu, reste optimiste : « le lieu est tellement beau qu’ils ne peuvent pas le détruire ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...