Des soldats d’un pays d’Asie de l’est, touché par le coronavirus, sont en Israël
Rechercher

Des soldats d’un pays d’Asie de l’est, touché par le coronavirus, sont en Israël

Tsahal, qui a confirmé cette information dévoilée à la Radio, a souligné que toutes les mesures avaient été prises pour protéger les soldats israéliens

Illustration de soldats israéliens participant à un exercice d'entraînement à la base militaire de Baf Lachish, dans le sud d'Israël, le 20 décembre 2016. (Maor Kinsbursky/Flash90)
Illustration de soldats israéliens participant à un exercice d'entraînement à la base militaire de Baf Lachish, dans le sud d'Israël, le 20 décembre 2016. (Maor Kinsbursky/Flash90)

Malgré les mesures prises par Israël pour empêcher le nouveau virus mortel de se propager dans le pays, des soldats d’un des pays les plus durement touchés par la maladie en Asie de l’est ont été autorisés à se rendre en Israël. Ils pourront participer à exercice militaire avec des soldats israéliens dans une base du sud du pays, a confirmé dimanche l’armée israélienne.

Quelques soldats sont arrivés en Israël au cours du week-end et participeront à l’exercice commun pendant plusieurs semaines. Ils seront en contact direct avec des soldats israéliens, a fait savoir la Radio de l’armée, en précisant que des règles de sécurité empêchaient de dévoiler le nom du pays.

Le programme radio expliquait qu’Israël avait décider de maintenir l’exercice afin de ne pas porter préjudice aux relations avec le pays en question. Des sources militaires ont déclaré que l’exercice était « important ».

Le pays qui a envoyé des soldats a récemment été affecté par le virus, qui a tué au moins 811 personnes et en a infectées plus de 37 000 depuis son apparition en Chine le mois dernier. Le ministère israélien de la Santé a publié des directives spéciales pour les Israéliens revenant de Chine, selon la chaîne de radio.

Des gens se couvrent le visage à l’aéroport international Ben Gurion dans la crainte du coronavirus, le 2 février 2020. (Avshalom Shoshani/Flash90)

Des médecins et du personnel médical surveillent étroitement l’état de santé des soldats asiatiques et les teste régulièrement pour détecter des signes d’une infection, a noté le programme. Les équipements nécessaires pour placer en quarantaine un soldat potentiellement contaminé par le coronavirus ont été apportés sur la base et sont prêts à être utilisés.

Confirmant ces informations, un porte-parole de l’armée israélienne a souligné que « toutes les vérifications médicales nécessaires ont été effectuées et même renforcées. Pour l’instant, il n’y a aucune suspicion d’infection au coronavirus dans le cadre des activités conjointes ».

« Tsahal agit en suivant les instructions du ministère de la Santé et du commandant du service de santé de l’armée afin d’éviter que des soldats ne contractent le virus et pour préserver leur santé », a-t-il dit.

Pourtant, malgré les assurances de l’armée, le père d’une soldate servant sur la même base a été cité par la Radio de l’armée en déclarant : « C’est avec une grande appréhension que j’envoie ma fille à l’armée ce matin. On a le sentiment d’un acte irresponsable de trahison. Je veux croire que personne ne fasse de l’argent aux dépens de la santé de nos soldats. Aucune excuse ne peut justifier ce risque ».

Le ministre de la Santé Yaakov Litzman (2G) et des responsables du ministère de la Santé lors d’une réunion sur la menace du coronavirus chinois, au ministère de la Santé à Jérusalem, le 2 février 2020. (Ministère de la santé/Autorisation)

Alors que le nombre de cas de coronavirus augmente, le ministère de la Santé a mis à jour vendredi ses procédures pour les voyageurs qui ne se sentent pas bien après être revenus de pays à risque ces 14 derniers jours.

Dans un communiqué, le ministère a déclaré que les voyageurs en provenance de Chine, d’Hong Kong, de Thaïlande, du Japon, de Singapour, de Corée du sud et de Macao qui ont de la fièvre, qui toussent ou qui présentent toute autre forme de symptômes respiratoires doivent contacter des professionnels de santé et se faire dépister.

En outre, toute personne qui aurait été en contact étroit avec un individu contaminé doit également se faire examiner.

Les voyageurs qui ne se sentent pas bien doivent prévenir l’hôpital avant leur arrivée, ils doivent se couvrir le nez et la bouche avec un masque ou un vêtement. On leur demande également d’éviter les transports publics.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...