Rechercher

Deux accusatrices d’Epstein poursuivent les banques JP Morgan Chase et Deutsche Bank

Les plaignantes affirment que les institutions ont donné au financier déshonoré "une apparence de légitimité" et ont facilité la poursuite de ses abus sexuels

Le financier Jeffrey Epstein en 2010. (Autorisation)
Le financier Jeffrey Epstein en 2010. (Autorisation)

Deux femmes, qui affirment que Jeffrey Epstein, financier déchu, a abusé d’elles sexuellement, poursuivent les grandes banques JP Morgan Chase et Deutsche Bank, affirmant que les institutions ont bénéficié financièrement de son trafic sexuel présumé.

Selon l’agence Reuters, les plaignantes anonymes affirment que les banques ont fourni « le soutien financier nécessaire à la poursuite des activités de l’organisation internationale de trafic sexuel d’Epstein ».

Deux actions en justice ont été déposées jeudi devant le tribunal fédéral du district sud de New York.

« L’entreprise de trafic sexuel d’Epstein n’aurait pas été possible sans l’aide et la complicité d’une institution financière – plus précisément, une institution bancaire – qui a fourni à son opération une apparence de légitimité et un traitement spécial à l’entreprise de trafic sexuel, assurant ainsi son fonctionnement continu et l’abus sexuel et le trafic sexuel de jeunes femmes et jeunes filles », ont déclaré les plaignantes.

« Le temps est venu pour que les véritables facilitateurs soient tenus responsables, en particulier ses riches amis et les institutions financières qui ont joué un rôle déterminant », a ajouté l’un des avocats des plaignantes, selon la BBC.

« Nous pensons que cette plainte n’est pas fondée et nous présenterons nos arguments au tribunal », a déclaré l’un des porte-parole de la Deutsche Bank. JP Morgan Chase n’a pas fait de commentaire.

Epstein, un pédophile condamné qui a fréquenté d’innombrables politiciens et célébrités au fil des ans, a été retrouvé mort dans sa cellule en août 2019 alors qu’il attendait son procès pour des accusations fédérales de trafic de jeunes filles mineures à des fins sexuelles. Sa mort a ensuite été classée comme un suicide.

Jeffrey Epstein, le 28 mars 2017. (Crédit : Registre des délinquants sexuels de l’État de New York via AP/Dossier)

Les procureurs ont déclaré qu’Epstein a exploité sexuellement des dizaines de mineures, dont certaines n’avaient que 14 ans.

Epstein – qui comptait parmi ses amis Donald Trump, l’ancien président Bill Clinton et le prince Andrew de Grande-Bretagne – avait été condamné en 2008 par un tribunal de l’État de Floride pour avoir payé des jeunes filles pour des massages sexuels dans son manoir de Palm Beach.

Ces hommes ont tous nié avoir eu connaissance des crimes présumés d’Epstein.

Son ex-petite amie, la mondaine britannique Ghislaine Maxwell, fille du défunt baron de la presse britannique Robert Maxwell et diplômée d’Oxford, aujourd’hui âgée de 60 ans, purge une peine de 20 ans de prison dans une prison fédérale de Floride suite à sa condamnation à la fin de l’année dernière pour cinq des six chefs d’accusation, le plus grave étant celui de trafic sexuel de mineurs.

Au cours du procès très médiatisé, fin 2021, les procureurs ont réussi à prouver que Ghislaine Maxwell était « la clé » du système mis en place par Epstein pour inciter des jeunes filles à lui faire des massages, au cours desquels il abusait d’elles sexuellement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...