Dominic Raab se rend en Israël pour encourager le dialogue avec les Palestiniens
Rechercher

Dominic Raab se rend en Israël pour encourager le dialogue avec les Palestiniens

Réitérant l'opposition de Londres à une annexion de la Cisjordanie, le chef de la diplomatie britannique s'apprête à rencontrer Netanyahu, Gantz, Abbas

Le secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères britannique Dominic Raab, à gauche, arrive au 10 Downing Street, le 7 avril 2020 (Crédit : AP Photo/Matt Dunham)
Le secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères britannique Dominic Raab, à gauche, arrive au 10 Downing Street, le 7 avril 2020 (Crédit : AP Photo/Matt Dunham)

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab, se rendra mardi en Israël et en Cisjordanie pour y rencontrer de hauts responsables israéliens et palestiniens dans le cadre d’un voyage destiné à exprimer l’opposition de Londres à toute future annexion israélienne en Cisjordanie.

Il fera « pression pour un dialogue renouvelé » entre les deux parties, selon un communiqué de l’ambassade britannique en Israël.

Il doit rencontrer à Jérusalem le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le ministre de la Défense Benny Gantz et le ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi, et à Ramallah le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et le Premier ministre Mohammad Shtayyeh.

Ce voyage marque la première visite officielle de Dominic Raab en Israël. Selon l’ambassade, il n’accordera pas d’interviews pendant la visite.

« La suspension de l’annexion d’Israël est une étape importante vers un Moyen-Orient plus pacifique », souligne-t-il dans un communiqué publié par son bureau.

« Il est maintenant temps pour les deux parties de se réunir et de s’engager dans le dialogue nécessaire pour parvenir à la solution négociée de deux États qui puisse garantir une paix, une sécurité et une justice durables pour les Israéliens et les Palestiniens ».

Le Premier ministre britannique Boris Johnson (à gauche) accueille le Premier ministre Benjamin Netanyahu devant le 10 Downing Street au centre de Londres, le 5 septembre 2019. (DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP)

Lors de sa visite à Ramallah, d’après le communiqué de presse, le ministre « réaffirmera l’opposition du Royaume-Uni à l’annexion – qui est illégale en vertu du droit international », et « demandera aux Palestiniens de reprendre la coopération avec Israël et de poursuivre les négociations directes, comme une étape vers une solution négociée de deux États et un État palestinien viable et souverain ».

Le communiqué indique également que le chef de la diplomatie britannique « soulignerait l’engagement fort et durable du Royaume-Uni en faveur de la sécurité d’Israël ».

Lors de la rencontre entre Dominic Raab avec son homologue israélien, les deux hommes discuteront probablement de la nomination du nouvel ambassadeur d’Israël au Royaume-Uni, l’ancienne vice-ministre des Affaires étrangères du Likud, Tzipi Hotovely. Sa nomination est en attente de l’approbation de Londres, où elle est considérée comme une figure controversée en tant que partisane des implantations et opposante à l’État palestinien.

Le Premier ministre conservateur britannique, Boris Johnson, est considéré comme un ami d’Israël, mais s’oppose à certaines des politiques de signature du gouvernement Netanyahu, notamment la proposition d’annexion de certaines parties de la Cisjordanie. L’idée a été mise en veilleuse au début du mois comme condition imposée par les Émirats arabes unis pour annoncer leur nouvelle volonté de normaliser les relations avec Israël.

Au début du mois de juillet, M. Johnson a rédigé une tribune libre pour un grand quotidien en hébreu dans laquelle il se qualifie de « défenseur passionné d’Israël », mais où il affirme que le Royaume-Uni ne reconnaîtra pas les revendications israéliennes en Cisjordanie que rejettent également les Palestiniens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...