Rechercher

Edelstein sera président par intérim de la Knesset jusqu’au nouveau gouvernement

Kakhol lavan veut remplacer le candidat du Likud par son membre Meir Cohen afin d'augmenter les chances de succès de la législation des politiques si Gantz devient Premier ministre

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Le président de la Knesset Yuli Edelstein s'exprime devant les nouveaux élus avant leur cérémonie d'intronisation pour la 21e Knesset, le 29 avril 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)
Le président de la Knesset Yuli Edelstein s'exprime devant les nouveaux élus avant leur cérémonie d'intronisation pour la 21e Knesset, le 29 avril 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

La 22e Knesset israélienne sera investie jeudi lors d’une cérémonie presque identique à celle de la 21e Knesset, cinq mois auparavant. Non seulement le faste et les circonstances du premier jour du retour du Parlement seront similaires, mais presque tous les députés du Parlement sortant reviendront, la nouvelle récolte comprenant seulement 17 législateurs nouvellement élus lors des élections de septembre, ce qui constitue le record le plus bas.

Une différence notable, cependant, et peut-être la plus importante, sera l’absence d’un vote confirmant l’identité de celui qui présidera la 22e Knesset.

Au lieu de réélire Yuli Edelstein pour un quatrième mandat immédiatement après la cérémonie d’investiture, comme ils l’ont fait pour son troisième mandat en avril, le vote sera reporté après la prestation de serment du gouvernement, ont confirmé mercredi au Times of Israël les responsables de la Knesset.

La composition du prochain gouvernement étant encore inconnue en raison de l’impasse politique qui a suivi l’élection de septembre, qui a vu le Likud de Netanyahu et le parti Kakhol lavan de Gantz presque à égalité et aucun bloc avec un chemin viable vers une majorité, Edelstein fera office de président intérimaire pendant les jours, semaines ou mois entre l’investiture de la Knesset et la création du gouvernement.

Le président de la Knesset, Yuli Edelstein, préside une séance plénière de la Knesset, le 12 juin 2019. (Yonatan Sindel/Flash90)

Jusqu’en 2012, le président de la Knesset remettait automatiquement son mandat avec l’inauguration de la nouvelle Knesset. De l’inauguration de la Knesset à la mise en place d’un gouvernement, la personne qui servait comme président intérimaire était « le doyen de la Knesset », le député ayant servi le plus longtemps. Une modification de la loi signifie toutefois que le président précédent de la Knesset assume désormais la présidence par intérim de la Knesset jusqu’à l’élection d’un nouveau président, qui doit avoir lieu sous l’investiture du nouveau gouvernement.

« En 2015 et avril 2019, Edelstein a été élu lors de l’inauguration de la Knesset parce qu’il était clair qu’un gouvernement serait formé et qu’il avait l’appui de tous. Cette fois-ci, comme on le sait, la situation politique est différente, de sorte que l’on estime dans le système politique que le choix du président s’accompagne de l’investiture du gouvernement », a déclaré un porte-parole du bureau du président.

La décision de reporter le vote intervient après des informations selon lesquelles Kakhol lavan a l’intention de remplacer Edelstein à la présidence par un candidat issu du parti, l’ancien ministre des Affaires sociales Meir Cohen, si la faction centriste dirige le prochain gouvernement. Des sources du parti ont déclaré que si le dirigeant de Kakhol lavan Benny Gantz devient le prochain Premier ministre, ils craignent qu’un président de la Knesset loyal envers son rival Benjamin Netanyahu ne puisse contrecarrer leur programme législatif.

En réponse à la décision de reporter le vote sur le président de la Knesset, Kakhol lavan a déclaré au Times of Israël : « En tant que plus grand parti de la Knesset, Kakhol lavan doit encore décider quelles positions il cherchera à obtenir dans la 22e Knesset. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...