El Al réduit le nombre de vols commerciaux à 4 par jour et revoit ses effectifs
Rechercher

El Al réduit le nombre de vols commerciaux à 4 par jour et revoit ses effectifs

Quelque 5 500 employés ont été placés en congé sans solde au moins jusqu'à la fin mai, alors que l'entreprise se prépare à demander un prêt massif pour survivre à la pandémie

Les halls de départ vides de l'aéroport Ben Gurion. Les gens annulent leurs voyages par crainte du coronavirus, le 4 mars 2020. (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)
Les halls de départ vides de l'aéroport Ben Gurion. Les gens annulent leurs voyages par crainte du coronavirus, le 4 mars 2020. (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)

Mardi, El Al a mis quelque 5 500 travailleurs en congé sans solde après que son syndicat a renoncé à contester cette décision, les voyages et le tourisme en Israël ayant pratiquement cessé complètement en raison de la pandémie de coronavirus.

Seuls quelque 1 500 employés continueront à travailler comme d’habitude. La mesure se prolongera au moins jusqu’à la fin du mois de mai.

El Al a également déclaré mardi qu’il réduisait encore les vols de passagers à seulement quatre par jour – deux vers New York ou le New Jersey, un vers Paris et un vers Londres, plus un vol hebdomadaire vers Toronto et Johannesburg.

Les discussions entre le syndicat et la direction de la compagnie ont progressé ces derniers jours, mais ont été bloquées par le projet de la compagnie aérienne de licencier 600 travailleurs permanents, ce qui fait partie de sa proposition de rationalisation exigée par le ministère des Finances.

Malgré une déclaration d’El Al au début du mois disant qu’elle licenciait des centaines de travailleurs, l’annonce n’avait pas été suivie d’effet en raison de l’opposition du syndicat, rapporte le quotidien économique Calcalist.

Lors d’une réunion avec des fonctionnaires du ministère des Finances la semaine dernière, la direction d’El Al a été informée que l’entreprise devait mettre en place des mesures de rationalisation afin de recevoir un prêt.

Le ministère a ordonné à El Al de réduire ses coûts annuels de 200 millions de dollars, en partie par des licenciements et des réductions de salaires.

Des avions de la compagnie nationale El Al sur le tarmac de l’aéroport international Ben Gurion, près de Tel Aviv, le 21 août 2014. (Crédit : Jack Guez/AFP)

Le prêt demandé, qui s’élèverait à quelque 700 millions de dollars, ne sera pas accordé par le gouvernement, mais par une banque qui approuvera le plan de l’entreprise et assurera son remboursement, d’après Calcalist.

Les travailleurs mis en congé conserveront la plupart de leurs droits. Par exemple, la compagnie aérienne continuera à mettre de côté des fonds pour leur retraite, leur assurance maladie et les frais liés à l’utilisation d’une voiture pour ceux qui y ont droit.

Les employés pourront également travailler par ailleurs sans autorisation de la compagnie.

En plus de transporter des passagers, la compagnie aérienne achemine environ 35 % de toutes les importations et exportations aériennes d’Israël. Environ deux tiers des exportations israéliennes sont transportées par avion, et environ un tiers de toutes les importations.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...