États-Unis : des parlementaires s’opposent au retrait des troupes du Sinaï
Rechercher

États-Unis : des parlementaires s’opposent au retrait des troupes du Sinaï

Dans un courrier bipartisan aux secrétariats d’État et de la Défense à l'origine de ce projet, 12 membres du Congrès soulignent le rôle "vital" des soldats postés dans la région

Des soldats de la force multinationale pendant une cérémonie de changement de commandement dans le Sinaï, en Egypte, le 15 juillet 2019 (Crédit : US Army/Staff Sgt. Kulani J. Lakanaria)
Des soldats de la force multinationale pendant une cérémonie de changement de commandement dans le Sinaï, en Egypte, le 15 juillet 2019 (Crédit : US Army/Staff Sgt. Kulani J. Lakanaria)

JTA — Dans une lettre bipartisane la semaine dernière, douze parlementaires américains représentant des commissions déterminantes de la Chambre et du Sénat ont appelé à ce que le soutien apporté par les États-Unis aux forces internationales de maintien de la paix, dans la péninsule du Sinaï égyptienne, soit maintenu.

Les présidents et des membres de haut rang des commissions des Affaires étrangères et des services armés, au sein de la Chambre et du Sénat, ont écrit une missive au Secrétaire d’État américain Mike Pompeo et au secrétaire à la Défense Mark Esper, clamant que ces forces internationales – un pivot du traité de paix conclu entre Israël et l’Égypte – « est vital pour la durabilité du traité de paix ».

Mark Esper aurait prôné le retrait des troupes américaines de ces forces placées sous la direction des États-Unis malgré l’opposition d’Israël et du département d’État américain. Il a qualifié ce retrait de mesure d’économie, arguant également que les soldats américains y risquaient leur vie.

Parmi les signataires du courrier, le sénateur Lindsay Graham et les représentants Eliot Engel et Nita Lowey.

Des militaires de 13 pays servent dans ces forces de maintien de la paix qui regroupent 1 100 soldats, dont environ 400 Américains.

L’État islamique a renforcé sa présence dans le nord du Sinaï ces dernières années.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...