Exposition d’André Kertész, photographe majeur de la photographie du 20e siècle
Rechercher

Exposition d’André Kertész, photographe majeur de la photographie du 20e siècle

Symbole de la scène artistique parisienne de l’entre-deux-guerres, André Kertész est né dans une famille de la bourgeoisie juive de Budapest

Sélection de 2 prises de vues d'après bandes négatives originales 35 mm numérisées.© Ministère de la Culture - Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Dist. RMN-Grand Palais / André Kertész
Sélection de 2 prises de vues d'après bandes négatives originales 35 mm numérisées.© Ministère de la Culture - Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Dist. RMN-Grand Palais / André Kertész

Jusqu’au 9 février 2020, l’œuvre du photographe hongro-américain André Kertész (1894-1985) sera exposée à la Maison de la photographie Robert Doisneau, à Gentilly (1 rue de la Division du Général Leclerc).

« Si plusieurs générations de photographes se reconnaissent une dette envers Kertész, c’est parce qu’il a légué une œuvre singulièrement innovante, construite à l’écart des courants et des commandes, écrit la Maison Robert Doisneau. Cette œuvre a fait l’objet de nombreuses études, mais sa pratique du 24×36 demeure étonnamment indistincte et méconnue. Or, pour reprendre les mots de John Szarkowski (conservateur du MoMa de New York) : ‘Plus peut-être que tout autre photographe, André Kertész a compris l’esthétique particulière de l’appareil portatif et l’a rendue manifeste’ ».

Artiste majeur de la photographie du XXe siècle et de la scène artistique parisienne de l’entre-deux-guerres, André Kertész est né dans une famille de la bourgeoisie juive de Budapest.

Il a servi dans l’armée austro-hongroise lors de la Première Guerre mondiale et en a ramené de nombreuses photographies. Kertész a déménagé à Paris peu après, où il s’est lié d’amitié avec de nombreux artistes (Brassaï, Colette, Marc Chagall, Michel Seuphor, Mondrian…) et travaillé avec différents magazines.

André Kertész (à droite) et Robert Doisneau lors des Rencontres d’Arles en 1975. (Crédit : Wolfgang H. Wögerer / Creative Commons Attribution 3.0.)

Kertész s’est installé à New York en 1936, a reçu le prix de la Photographie du ministère de la Culture français et a légué ses archives à l’État français. Il a également été distingué par la Bourse Guggenheim et la Légion d’honneur.

« Une étude récente et inédite menée sur les négatifs originaux conservés par la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine a permis de reconstituer pour la première fois la continuité chronologique des images que le photographe a prises entre 1930 et 1936 avec son Leica, écrit la Maison de la photographie Robert Doisneau de Gentilly. Fruit de cette recherche, l’exposition propose de remonter à ce moment de la prise de vue et d’observer ces quelques pas de Kertész dans des images d’un genre nouveau. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...