Israël en guerre - Jour 194

Rechercher

Face à la tourmente, le chef du Mossad souligne la nécessité de « l’unité pour survivre »

Lors de la commémoration de la guerre du Kippour, David Barnea a mis en garde contre les menaces existentielles à la sécurité et rappelé l'importance de la normalisation régionale

Le chef du Mossad David Barnea, à droite, parle avec Dani Zamir, le fils de feu le directeur du Mossad Zvi Zamir, lors d'une cérémonie marquant le 50e anniversaire de la guerre de Yom Kippour au siège du Mossad, le 9 septembre 2023. (Autorisation/PMO)
Le chef du Mossad David Barnea, à droite, parle avec Dani Zamir, le fils de feu le directeur du Mossad Zvi Zamir, lors d'une cérémonie marquant le 50e anniversaire de la guerre de Yom Kippour au siège du Mossad, le 9 septembre 2023. (Autorisation/PMO)

Le chef de l’agence de renseignement du Mossad a rappelé jeudi qu’Israël avait besoin d’unité pour continuer à vivre. Il est rare qu’un chef des services d’espionnage s’exprime sur les troubles politiques que connait Israël.

A l’occasion de la commémoration du 50e anniversaire de la guerre de Kippour, le chef du Mossad, David Barnea, a déclaré que les Israéliens « ne devraient pas sous-estimer l’importance de l’unité pour survivre. Notre force, c’est notre unité interne. »

Barnea a ajouté qu’Israël ne pouvait pas ignorer les menaces existentielles qui pèsent sur lui : « Nous ne devons pas sous-estimer l’ennemi et ses capacités, nous ne devons pas exagérer le soutien de nos alliés en temps de crise, nous ne devons pas devenir la proie des concepts existants. »

« Nous ne devons pas oublier que tout autour de nous se trouvent des pays et des organisations qui continuent de croître et se renforcer pour menacer notre paix. Nous devons agir pour affirmer notre dissuasion », a déclaré Barnea devant un auditoire composé de membres du personnel du Mossad, d’active ou retraités, certains ayant servi pendant la guerre de 1973.

L’événement, qui s’est tenu au siège du Mossad, s’est ouvert par une minute de silence à la mémoire de Shabtai Shavit, septième chef du Mossad, décédé cette semaine lors de vacances en Italie.

Barnea a également évoqué les pourparlers sous médiation américaine entre Israël et l’Arabie saoudite visant à obtenir un accord de normalisation. Le Mossad aurait été impliqué dans les négociations.

« Il nous faut normaliser les relations. Nous continuerons à faire en sorte d’établir des relations avec les pays musulmans, proches et lointains. Un pays qui méprise la recherche de la paix est condamné à être entraîné dans la guerre », a déclaré Barnea.

Un char israélien en route vers la frontière syrienne pendant la Guerre du Kippour, en octobre 1973. (Crédit : Archives de l’État)

Barnea a également abordé le manque de préparation d’Israël avant la guerre de Kippour.

« Il ne suffit pas d’avoir raison, il ne suffit pas de bien analyser les renseignements – il faut en plus convaincre les décideurs et les amener à agir – », a-t-il déclaré.

« Malheureusement, malgré les renseignements de grande qualité que le Mossad a collectés avant l’invasion, nous n’avons pas réussi à convaincre les échelons supérieurs du gouvernement et de l’establishment sécuritaire de l’époque. »

Mardi, le Mossad a annoncé qu’il publierait un livre en mémoire du cinquantenaire de la guerre. Le livre révélera les renseignements que le Mossad avait collectés concernant l’attaque surprise contre Israël, et détaillera de quelle manière il avait découvert les projets d’attaque de l’Egypte. Les échelons militaires et politiques avaient alors pour l’essentiel ignoré ses mises en garde.

Dans son discours, Barnea a évoqué l’agent connu sous le nom de « l’Ange », qui a averti Israël de l’attaque, niant le fait que l’agent, connu comme étant Ashraf Marwan, gendre de l’ex-président égyptien Gamal Abdul Nasser, ait été un agent double.

« Ces affirmations ont été vérifiées avant la guerre par une équipe conjointe de Tsahal-Mossad et une nouvelle fois après la guerre », a déclaré Barnea.

« L’Ange était un agent important, stratégique. Ceux qui ne connaissent rien à HUMINT ont du mal à comprendre les relations entre un agent et son gestionnaire », a-t-il dit, faisant référence au renseignement humain.

Le 27 juin 2007, Marwan a chuté depuis le balcon du quatrième étage d’un luxueux immeuble londonien. On ignore toujours s’il est tombé ou s’il a été poussé.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.