Rechercher

Gantz : Téhéran a tenté de faire passer du TNT par drone en Cisjordanie

Le ministre de la Défense menace à nouveau d'une frappe militaire si les efforts diplomatiques pour stopper le programme nucléaire iranien échouent

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le ministre de la Défense Benny Gantz révèle l'emplacement d'une prétendue base de drones iraniens dans le sud de l'Iran lors d'un discours à l'Université Reichman le 23 novembre 2021. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Benny Gantz révèle l'emplacement d'une prétendue base de drones iraniens dans le sud de l'Iran lors d'un discours à l'Université Reichman le 23 novembre 2021. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, a révélé l’emplacement de deux bases de drones iraniennes qui, selon lui, ont été utilisées pour mener des attaques contre des cibles en mer au cours des derniers mois.

Selon Gantz, l’un des sites est situé dans la région de Chabahar et l’autre est situé sur l’île de Qeshm, juste au large de la côte du continent iranien.

« Je tiens à vous souligner que les drones sont une arme de précision, qui peut atteindre des cibles stratégiques dans le monde entier. La plupart des attaques de drones que nous avons vues jusqu’à présent ont été menées depuis le sud et le sud-est de l’Iran contre des cibles en mer », a déclaré Gantz.

Au cours de l’année écoulée, Israël et l’Iran se sont engagés dans une sorte de guerre parallèle en mer. Téhéran aurait mené un certain nombre d’attaques contre des navires appartenant à des Israéliens ou liés à des Israéliens qui naviguent dans le golfe Persique et le golfe d’Oman, dont une attaque en juillet sur le Mercer Street, un pétrolier appartenant à un homme d’affaires israélien, au cours de laquelle un Britannique et un Roumain ont été tués.

Gantz a averti que le programme de drones de l’Iran était une menace non seulement pour Israël, mais aussi pour toute la région.

« Nous avons vu l’attaque contre Aramco, le lancement de drones depuis la Syrie, les tentatives de l’Iran de se doter de capacités pour que le Hezbollah puisse lancer précisément des drones explosifs sur Israël », a-t-il déclaré, faisant référence à une attaque massive contre la compagnie pétrolière saoudienne Aramco en 2019 avec des drones et des missiles de croisière.

Images satellites qui, selon le ministre de la Défense Benny Gantz, montrent une base de drones iraniens dans l’île iranienne de Qeshm, lors d’un discours à l’Université Reichman le 23 novembre 2021. (Crédit : Diaporama du ministère de la Défense)

Les remarques du ministre de la Défense sont intervenues moins d’une semaine avant la reprise des pourparlers indirects entre l’Iran et les États-Unis concernant un retour mutuel à l’accord nucléaire de 2015. Israël s’est fermement prononcé contre un retour américain à l’accord, que Jérusalem juge beaucoup trop faible et qui, en fin de compte, ouvre la voie à une arme nucléaire iranienne.

Les responsables israéliens ont plutôt appelé à une approche diplomatique différente et plus dure, soutenue par la menace crédible d’une frappe militaire sur le programme nucléaire iranien. Les États-Unis auraient rejeté les activités d’Israël contre les installations nucléaires iraniennes, estimant que de telles actions sont finalement inutiles car elles ne servent qu’à encourager Téhéran à améliorer ces installations en réponse.

« Il ne fait aucun doute qu’une solution diplomatique est préférable, mais à côté de cela, nous devons avoir sur la table l’usage de la force, qui est la diplomatie par d’autres moyens », a déclaré Gantz, faisant référence à une célèbre citation du stratège militaire Carl von Clausewitz.

« Parfois, l’utilisation de la force, et une démonstration de celle-ci, est capable d’empêcher la nécessité d’une utilisation plus forte de la force. Je remercie nos alliés américains pour les sanctions et autres mesures qu’ils ont prises récemment sur ce front afin d’atteindre notre objectif commun », a-t-il déclaré.

Le ministre de la Défense a appelé le reste du monde à jouer un rôle plus actif pour contrer les efforts de l’Iran dans la région, notamment pour empêcher Téhéran d’obtenir une arme nucléaire.

« L’Iran ne doit pas devenir nucléaire. Cela conduira à une propagation incontrôlée de son terrorisme et mènera même à une course aux armements au Moyen-Orient et au-delà », a déclaré Gantz.

Les drones iraniens

C’est la deuxième fois au cours des derniers mois que Gantz révèle l’emplacement des bases de drones iraniens dans son discours de mardi. En septembre, il a identifié une base de drones iraniens dans la région centrale de Kashan, au nord de la ville d’Ispahan, qui, selon lui, était utilisée non seulement par l’Iran mais aussi pour former des mandataires iraniens.

Mardi, Gantz a également révélé qu’un drone lancé par l’Iran depuis la Syrie dans l’espace aérien israélien en 2018 n’était pas en mission d’attaque directe – comme cela avait été sous-entendu – mais était plutôt utilisé pour transporter du TNT à des agents terroristes en Cisjordanie.

« En février 2018, l’Iran a lancé un drone de modèle Shahed 141 depuis l’aérodrome T4 en direction d’Israël. Dans ce cas, l’Iran utilisait le drone pour quelque chose que nous n’avions jamais vu auparavant : transférer des armes à ses mandataires pour les utiliser dans des attaques terroristes. Le drone a été lancé par des émissaires iraniens en Syrie, transportant un paquet explosif de TNT, et sa destination était des agents terroristes en Judée et Samarie et il a été abattu par Israël près de Beit Shean », a déclaré Gantz.

Dans son discours de mardi, Gantz a noté l’utilisation par l’Iran de mandataires dans toute la région, en Syrie, au Yémen, au Liban et en Irak.

Images satellites qui, selon le ministre de la Défense Benny Gantz, montrent une base de drones iraniens dans la ville de Chabahar, lors d’un discours à l’Université Reichman le 23 novembre 2021. (Diaporama du ministère de la Défense)

« Rien que la semaine dernière, 14 attaques de drones ont été menées depuis le territoire yéménite contre l’Arabie saoudite, dont apparemment une frappe sur l’aéroport du roi Abdulaziz et les installations pétrolières d’Aramco. Au Liban, qui connaît une grave crise et a besoin de nourriture et de carburant, l’Iran finance le Hezbollah à hauteur de 600 millions de dollars par an, qui vont principalement à la secte chiite, et divise donc le pays en même temps que sa capacité à gouverner », a déclaré Gantz.

Le ministre de la Défense a également fait référence à une récente tentative d’assassinat manquée contre le Premier ministre irakien, au cours de laquelle plusieurs drones explosifs ont été lancés sur sa maison.

Gantz n’a pas directement accusé l’Iran d’être à l’origine de cette attaque, mais a déclaré que les drones utilisés étaient « des drones explosifs du type de ceux que l’Iran répand dans toute la région ». L’Iran et les milices d’obédience iranienne en Irak ont nié toute implication dans cette tentative d’assassinat.

Le ministre de la Défense a accusé l’Iran de chercher à prendre le contrôle non seulement du Moyen-Orient, mais du monde entier.

« La méthode de l’Iran est simple : on prend d’abord Damas, puis on prend Berlin », a-t-il déclaré.

Gantz a déclaré que l’Iran cherche actuellement à étendre son influence à l’Afghanistan, suite au retrait américain du pays, qui a laissé cette nation déchirée par la guerre en ruines.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...