Israël en guerre - Jour 255

Rechercher

Guerre à Gaza: Un sponsor juif se retire du National Book Awards

Zibby Owens, éditrice, a annoncé sa décision après avoir échoué à obtenir l'assurance que les lauréats ne feront pas de discours pro-palestiniens et anti-israéliens

L'avocat et activiste palestinien pendant une session d'Écriture et Résistance au festival de la littérature de Jaipur, dans la région occidentale du Rajasthan, en Inde, le 23 janvier 2012. (Crédit :  AP Photo/Manish Swarup)
L'avocat et activiste palestinien pendant une session d'Écriture et Résistance au festival de la littérature de Jaipur, dans la région occidentale du Rajasthan, en Inde, le 23 janvier 2012. (Crédit : AP Photo/Manish Swarup)

JTA – Au moins un sponsor juif du plus ancien et du plus prestigieux prix de la littérature, aux États-Unis, a fait savoir qu’il ne participerait pas à la cérémonie mercredi après avoir appris que certains auteurs nominés prévoyaient de faire une déclaration appelant au cessez-le-feu dans la guerre qui oppose Israël et le Hamas – une nouvelle initiative qui vise à tenter d’établir une limite dans le monde de la culture sur la question d’Israël.

La controverse suscitée par la cérémonie des National Book Awards suit d’autres polémiques similaires survenues au 92NY, à l’Artforum et à plusieurs festivals du film et du livre qui ont été marqués par des déclarations critiques d’Israël qui ont entraîné des retours de flamme institutionnels et, parfois, des limogeages et des démissions.

Zibby Owens, à la tête de la maison d’édition, des librairies et de la compagnie des médias Zibby Books, a annoncé sa décision de ne pas assister à la cérémonie dans un post publié sur Substack, mardi.

Elle a écrit qu’une « source » lui avait confié que « tous les nominés se sont rassemblés comme un seul bloc et ils ont décidé d’utiliser leur plateforme, lors de leur discours de victoire, pour promouvoir un ordre du jour pro-palestinien et anti-israélien ». Elle a indiqué avoir envoyé un courrier à la National Book Foundation où elle faisait part de ses inquiétudes.

Tout en affirmant « ne pas croire dans la censure » dans son post, « je voulais que la BNF empêche qu’il règne une atmosphère s’apparentant à un harcèlement, avec des discours susceptibles d’être utilisés à des fins d’intimidation, sur la base des croyances religieuses ». Elle a cité en particulier « Libérez la Palestine » et « Du fleuve jusqu’à la mer », deux slogans qui porteraient atteinte aux Juifs, même si elle a ultérieurement précisé auprès de la Jewish Telegraphic Agency qu’elle ignorait si les lauréats avaient l’intention de les utiliser.

N’ayant pas reçu d’assurance à ce sujet de la part de la fondation, elle a pris la décision de retirer son parrainage. Au moins un autre sponsor, Book of the Month, sera également absent de l’événement mais il continuera à le soutenir, selon le New York Times. Owens parrainait l’événement depuis un an mais elle avait fait des dons financiers les années précédentes.

Un participant tenant une pancarte alors que des étudiants se rassemblent lors d’un « Walkout pour lutter contre le génocide et libérer la Palestine » sur la Bruin Plaza de l’UCLA, à Los Angeles, le 25 octobre 2023. (Credit : Frederic J. Brown/AFP)

Le Times, qui s’est entretenu avec au moins un nominé, a signalé que ces derniers avaient prévu d’appeler à un cessez-le-feu dans la bande de Gaza pendant la cérémonie de remise des prix. L’autrice, Aaliyah Bilal, a indiqué que les écrivains avaient l’intention de se regrouper autour de l’un d’entre eux qui serait chargé de lire une déclaration, et qu’ils avaient toutefois voulu, en la rédigeant, « afficher de la sensibilité à l’égard de tout l’antisémitisme qui s’exprime en ce moment ».

Les appels pour un cessez-le-feu à Gaza se multiplient parmi les artistes, les activistes et certains politiciens alors qu’Israël continue ses bombardements dans la région, plus d’un mois après le massacre commis par le Hamas dans le sud d’Israël, qui a entraîné la mort de 1 200 personnes. Les groupes internationaux dénoncent une crise humanitaire à Gaza tandis que l’armée israélienne déclare se concentrer sur le démantèlement du Hamas, ajoutant qu’un cessez-le-feu permettrait au groupe terroriste de se reconstituer et qu’il serait considéré comme une victoire par ce dernier.

Le ministère de la Santé dirigé par le Hamas a fait savoir mardi que plus de 11 000 personnes avaient perdu la vie à Gaza depuis le début de la guerre – des chiffres qui ne peuvent pas être vérifiés de manière indépendante et qui ne font pas la différence entre les civils et les membres du groupe terroriste, et qui comptent aussi les victimes des roquettes défaillantes qui, lancées vers le territoire israélien, sont retombées dans la bande.

La National Book Foundation a envoyé un courrier aux sponsors et aux personnes présentes lors de la cérémonie, les avertissant de la possibilité que la cérémonie soit l’occasion de déclarations politiques de la part des nominés.

« J’ai pris ma décision sur la base des informations qui m’ont été communiquées », a dit Owens à JTA par courriel. « J’avais demandé l’assurance que si une rhétorique antisémite devait être employée, la NBF aurait un plan d’action pour la prendre en charge. On ne m’a rien dit ».

Owens a ajouté qu’elle aurait voulu être avertie plus tôt par la fondation de ce mouvement de protestation, et qu’elle avait été dans l’attente d’un engagement de sa part – celui que « si les discours politiques sont tolérés, ce ne sera pas le cas des discours de haine ».

Owens est Juive et elle a figuré dans les personnalités du classement « 36 To Watch » qui est établi par le journal New York Jewish Week, une publication sœur de JTA. Sa décision a suscité des réactions mitigées sur Substack.

« Retirer son soutien à cet événement en raison d’un sentiment pro-palestinien, en partant du principe qu’il sera antisémite par défaut, ne me paraît pas être un acte d’héroïsme », a commenté le comédien juif Josh Gondelman. « Cela ressemble plutôt à un retrait de solidarité face aux membres de la communauté littéraire (et humaine) qui souffrent véritablement ».

Parmi les finalistes du National Book Award, l’autrice palestinienne et militante des droits de l’Homme Raja Shehadeh qui a écrit « We Could Have Been Friends, My Father And I: A Palestinian Memoir. » Le livre de Shehadeh est un portrait de son père, l’activiste Aziz Shehadeh, l’un des premiers partisans d’un état palestinien et un modéré de l’arène politique palestinienne qui avait été mortellement poignardé en 1985. Raja, de son côté, affirme depuis longtemps que la police israélienne a été dans l’incapacité de mener une enquête minutieuse dans cette affaire de meurtre.

Couverture du roman graphique d’Art Spiegelman sur la Shoah « Maus ». (Philissa Cramer/JTA)

Owens a noté qu’elle ne s’opposait pas à la présence de l’ouvrage de Shehadeh sur la shortlist des lauréats potentiels. « Le jury prend des décisions qui se basent sur la qualité du travail et il faut que ça reste comme ça », a-t-elle dit. D’autres finalistes, notamment Bilal et Huda Fahmy, autrice de livres pour enfants, ont été nominées pour des ouvrages consacrés à l’Islam.

L’année dernière, la cérémonie du National Book Awards avait rendu un hommage particulier à l’auteur juif de « Maus », Art Spiegelman, dont le livre graphique sur la Shoah se trouvait au cœur du débat national sur l’interdiction des livres.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.