Henry de Lesquen évincé de la présidence de Radio Courtoisie
Rechercher

Henry de Lesquen évincé de la présidence de Radio Courtoisie

L'ex-candidat auto-proclamé à la présidentielle avait été condamné à 16 000 euros d'amende pour provocation à la haine et contestation de crime contre l'humanité

Henry de Lesquen, ancien président de Radio Courtoisie. (Crédit : capture d'écran Youtube)
Henry de Lesquen, ancien président de Radio Courtoisie. (Crédit : capture d'écran Youtube)

Henry de Lesquen, un ex-candidat auto-proclamé à la présidentielle condamné en début d’année pour provocation à la haine, a été évincé de la présidence de la station Radio Courtoisie, selon des informations de Libération confirmées mercredi par la direction de la radio.

L’assemblée générale de la radio associative qui s’est réunie samedi 1er juillet n’a pas réélu, à une voix près, l’ex-inspecteur des finances dans la fonction qu’il occupait depuis 2006, a indiqué à l’AFP la nouvelle présidente élue de la radio, Dominique Paoli.

« Nous étions en crise depuis plus d’une année à cause des tweets de notre président. Il a découvert assez tardivement le plaisir de tweeter, notamment des choses avec lesquelles nous n’étions pas d’accord », a-t-elle expliqué.

Au mois de janvier, Henry de Lesquen avait été condamné à 16.000 euros d’amende pour provocation à la haine et contestation de crime contre l’humanité en raison de tweets et textes publiés sur son site internet, notamment à propos de rescapés de la Shoah comme Simone Veil.

Henry de Lesquen a dénoncé lundi dans son émission « un putsch infâme ». « Cette affaire a démontré (…) la noirceur des sentiments des hommes et la bassesse des comportements », a-t-il regretté, annonçant qu’il ne présenterait plus son émission du lundi soir sur une radio qui, selon lui, se « macronise ».

« Comme il est comploteur lui-même, il voit des comploteurs partout », a répondu la nouvelle dirigeante de Radio Courtoisie. « Nous avons appliqué les statuts qu’il avait lui-même remaniés », a précisé Dominique Paoli, saluant son « travail de reconstruction de la radio d’excellente qualité ».

Radio Courtoisie, « la radio de toutes les droites », doit « entrer dans des eaux plus calmes mais pas tièdes », a précisé l’ex-secrétaire générale qui va devenir présidente.

Dominique Paoli a également annoncé qu’elle allait demander une suspension de la procédure engagée contre la radio par le Conseil supérieur de l’audiovisuel en décembre 2016 pour « discrimination » et « non-maîtrise de l’antenne » contre Henry de Lesquen, qui était alors également candidat auto-proclamé à l’élection présidentielle.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...