Humanitaire à Gaza : une autre ONG examine des accusations israéliennes
Rechercher

Humanitaire à Gaza : une autre ONG examine des accusations israéliennes

Le groupe terroriste de Gaza aurait ciblé l'ONG sur ses liens avec l'USAID et voulait des informations sur les travailleurs humanitaires américains

Une distribution de l'aide Save the Children distribution dans un entrepôt dans la bande de Gaza, en 2014 (Crédit : Save the Children / YouTube)
Une distribution de l'aide Save the Children distribution dans un entrepôt dans la bande de Gaza, en 2014 (Crédit : Save the Children / YouTube)

L’ONG Save The Children a dit lundi examiner des allégations israéliennes selon lesquelles un de ses collaborateurs palestiniens dans la bande de Gaza avait été secrètement recruté par le mouvement islamiste Hamas, comme en a été accusé le responsable d’une autre organisation.

Les accusations contre le collaborateur de Save The Children sont contenues dans l’acte d’inculpation publié la semaine passée contre un autre travailleur humanitaire, Mohamed Halabi, directeur de l’organisation chrétienne américaine World Vision dans la bande de Gaza.

Les autorités israéliennes ont annoncé jeudi avoir arrêté et inculpé Mohamed Halabi. Elles l’accusent d’avoir détourné au cours des dernières années des dizaines de millions de dollars en fonds et en matériel au profit du Hamas et de ses activités militaires.

Selon l’acte d’inculpation de Halabi publié par les autorités israéliennes, Halabi a oeuvré en 2014 au recrutement d’un collaborateur de Save The Children pour le compte de la branche armée du Hamas.

Le bras armé du Hamas, les brigades Ezzedine al-Qassam, était intéressé par les relations entre Save The Children et USAID, l’agence américaine pour l’aide humanitaire, dit l’acte d’inculpation.

Les brigades Qassam cherchaient à obtenir des informations comme l’identité de personnes qui auraient été placées par les Etats-Unis à des postes sensibles d’organisations internationales dans la bande de Gaza, dit l’acte.

Save the Children n’a reçu aucune notification de la part des autorités israéliennes à ce sujet, a dit l’ONG dans un communiqué répondant à l’AFP.

« Cependant, nous prenons très au sérieux des accusations de cette nature et nous faisons les recherches sur le sujet », a-t-elle dit.

Le collaborateur de Save The Children apparaît sur des documents publics comme la personne à contacter pour deux programmes menés par Save the Children en 2014 d’un montant respectif de 1 million et 1,4 million de dollars. Joint par l’AFP, il a décliné tout commentaire.

Les programmes de Save The Children dans les Territoires palestiniens ont bénéficié de plus de 17 millions de dollars de la part de donateurs internationaux depuis 2013, selon un service onusien spécialisé dans ces données.

Parmi les grands donateurs figurent le Canada, le Danemark, le Japon et la Norvège.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...