Incendies dans le sud ; les pompiers excluent la piste des ballons de Gaza
Rechercher

Incendies dans le sud ; les pompiers excluent la piste des ballons de Gaza

Rejetant les allégations de dissimulation visant à maintenir le cessez-le-feu, les pompiers assurent que les enquêtes sont réalisées de manière professionnelle et factuelle

Un champ en feu dans le sud d'Israël, le 25 mai 2021. (Capture d'écran Douzième chaîne)
Un champ en feu dans le sud d'Israël, le 25 mai 2021. (Capture d'écran Douzième chaîne)

Une série d’incendies se sont déclarés dans le sud d’Israël mais les pompiers ont affirmé qu’ils n’avaient pas été causés par des « traditionnels » dispositifs explosifs lancés depuis Gaza, alors qu’un cessez-le-feu fragile a été instauré il y a moins d’une semaine entre les groupes terroristes et Israël.

Les sapeurs-pompiers israéliens ont déclaré avoir éteint « un certain nombre » de petits incendies, dont aucun ne présentait de danger pour les habitants de la région.

Ils ont indiqué que deux des incendies semblaient avoir été allumés intentionnellement par des pyromanes, mais a nié que des ballons incendiaires en provenance de Gaza en étaient responsables, et a rejeté les allégations de certains habitants de la région selon lesquelles il s’agirait d’une dissimulation destinée à atténuer les tensions avec Gaza.

Deux autres incendies ont été provoqués par des bergers qui fumaient, a indiqué le service. Il n’a pas donné de détails.

« Un enquêteur des services de secours et d’incendie est dépêché sur chaque scène pour mener une enquête professionnelle », a déclaré Shmulik Friedman.

Au cours des dernières années, des assaillants gazaouis ont lancé des milliers de ballons contenant des dispositifs incendiaires ou des bombes présumées vers Israël, provoquant des incendies et amenant l’opinion publique à faire pression sur le gouvernement et l’armée pour qu’ils agissent.

Jeudi, Israël et les groupes terroristes de Gaza, emmenés par le Hamas, ont convenu d’un cessez-le-feu pour mettre fin à 11 jours de combats intenses au cours desquels le sud d’Israël a été bombardé par des milliers de roquettes, ainsi que par une série d’attaques de ballons incendiaires.

Les incendies de mardi ont coïncidé avec une visite du secrétaire d’État américain Antony Blinken, qui a joué un rôle clé dans la négociation du cessez-le-feu et s’est entretenu avec les dirigeants israéliens et palestiniens pour parvenir à un calme durable et permettre les efforts de reconstruction à l’intérieur de la bande de Gaza assiégée, durement touchée par les frappes israéliennes au cours du récent conflit.

Les départs de feu ont été attribués par certains, dans le sud, à des ballons gaziers, et le démenti des pompiers a été interprété comme une conspiration.

« Peut-être qu’il y a une instruction des [hautes autorités] de ne pas rendre public le fait qu’il y a des ballons incendiaires [de Gaza] », a déclaré Hagai Avni, un pompier volontaire du kibboutz Beeri, à la Douzième chaîne.

Illustration : Des soldats israéliens devant de la fumée d’un incendie dans un champ de blé près du kibboutz de Nahal Oz, le long de la frontière avec la bande de Gaza, causé par des cocktails Molotov attachés à des cerfs-volants pilotés par des émeutiers palestiniens de l’autre côté de la frontière. 14 mai 2018. (JACK GUEZ/AFP)

Les pompiers ont admis que des ballons lancés depuis Gaza avaient été trouvés dans la région, mais ont précisé qu’ils étaient accompagnés de photos, « sans matériau inflammable ».

Les résidents de la région disposant de preuves que des ballons ont provoqué des incendies ont été invités à se manifester.

« Les enquêteurs du district sud des sapeurs-pompiers agissent selon des données empiriques et des preuves et non selon des sentiments », a déclaré le service dans un communiqué.

« Nous rendons compte fidèlement de chaque incident sans nous mêler de ce qui ne nous regarde pas, et cela vaut pour les incidents dans la périphérie de Gaza. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...