Rechercher

Iran : la sœur d’un lutteur exécuté en 2020 arrêtée pour collaboration présumée

Elham Afkari a été accusée de collaboration avec Iran International, une chaîne de télévision basée à Londres qui est liée à l'Arabie saoudite, grand rival régional de Téhéran

Le lutteur iranien Navid Afkari. Ccapture d'écran)
Le lutteur iranien Navid Afkari. Ccapture d'écran)

Les autorités iraniennes ont arrêté la sœur d’un lutteur exécuté en 2020, l’accusant de collaborer avec une chaîne de télévision de langue persane basée à l’étranger, a rapporté jeudi l’agence de presse Tasnim.

Selon l’agence, Elham Afkari portait une grande quantité de devises étrangères sur elle lorsqu’elle a été arrêtée alors qu’elle tentait de fuir le pays.

Elle a été accusée de collaboration avec Iran International, une chaîne de télévision basée à Londres qui est liée à l’Arabie saoudite, grand rival régional de la République islamique.

Tasnim affirme qu’elle cherchait à « montrer le côté négatif de la République islamique d’Iran d’inciter les jeunes hommes et femmes à prendre part aux émeutes et de créer une atmosphère de peur dans la population ».

L’agence a d’autre part indiqué que le ministère du Renseignement surveillait Elham Afkari depuis des années, affirmant qu’elle entretenait « des relations continues avec des éléments contre-révolutionnaires ».

Elle décrit Elham Afkari comme étant « l’une des principales organisatrices des récentes émeutes », utilisant le terme des autorités iraniennes pour désigner les manifestations qui secouent l’Iran depuis la mort le 16 septembre de la jeune Mahsa Amini trois jours après avoir été arrêtée par la police des moeurs.

Selon Tasnim, Elham Afkari avait prévu « de se rendre dans un pays voisin, de rencontrer un représentant de l’un des pays hostiles, puis de se réfugier dans un autre pays. »

Le frère d’Elham, Navid Afkari, un champion de lutte de 27 ans, a été exécuté dans une prison de Chiraz (sud) en septembre 2020.

Il avait été accusé du meurtre d’un fonctionnaire, poignardé le 2 août 2018 lors de manifestations contre le gouvernement à Chiraz.

D’autres manifestations antigouvernementales avaient eu lieu à l’époque à travers le pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...