Israël alloue 2,5 millions de shekels pour rendre les villes plus smart
Rechercher

Israël alloue 2,5 millions de shekels pour rendre les villes plus smart

La Startup Nation veut attirer les entrepreneurs qui proposent des technologies capables de relever les défis posés par la vie urbaine en Israël et ailleurs

Les immeubles de bureau de Tel-Aviv accueilleraient des centaines de bureaux consacrés à l'industrie frauduleuse de diamants d'investissement, et aujourd'hui de vente de Bitcoins. Aussi loin que l'œil peut voir : la vue de Tel-Aviv depuis l'observatoire d'Azrieli (Crédit : Autorisation)
Les immeubles de bureau de Tel-Aviv accueilleraient des centaines de bureaux consacrés à l'industrie frauduleuse de diamants d'investissement, et aujourd'hui de vente de Bitcoins. Aussi loin que l'œil peut voir : la vue de Tel-Aviv depuis l'observatoire d'Azrieli (Crédit : Autorisation)

Une nouvelle initiative gouvernementale va allouer près de 2,5 millions de shekels à un programme national destiné à aider à rendre plus « intelligentes » les villes en Israël et dans le monde entier.

Le programme, intitulé CITYZOOM — Villes intelligentes en Israël, a pour objectif de créer un éco-système local qui encouragera les entrepreneurs à s’attaquer aux problèmes auxquels les villes font face, depuis les menaces liées à la cyber-sécurité aux embouteillages, en passant par le stationnement intelligent.

Au coeur du programme, une base de données mettra en relation les autorités locales et les start-ups et entreprises travaillant sur des technologies susceptibles de répondre à leurs besoins.

La base de données comprendra la liste des problèmes rencontrés par d’autres villes, comme Chicago, Londres, New York et Barcelone, a fait savoir un communiqué annonçant cette initiative.

Le programme vise à renforcer le nombre de start-ups dont les technologies peuvent concrètement aider les municipalités, dans les secteurs, par exemple, des méga-données, des infrastructures nécessaires à la Wifi, à la cyber-sécurité, aux technologies de secours, au parking intelligent, aux services pour les résidents et les seniors, et à l’agriculture de précision pour les espaces urbains.

Israël n’a pas réalisé son potentiel dans les technologies qui peuvent aider à créer des villes intelligentes, ont noté dans le communiqué les soutiens de l’initiative – dont le ministère de l’Economie et de l’Industrie, le ministère de l’Intérieur et le ministère de l’Egalité sociale.

La raison en est le nombre important (255) de petites communautés locales, dont chacune travaille avec des ministères gouvernementaux multiples, ce qui rend difficile la mise en oeuvre d’une politique municipale à long-terme. Les entrepreneurs du secteur des technologie sont découragés par la bureaucratie.

« Nous sommes une petite économie et toutes les technologies que nous développons partent vers les marchés étrangers », a indiqué Barak Goldstein, qui sera le co-directeur général de l’initiative CITYZOOM.

« Nous voulons encourager les entrepreneurs à mettre en oeuvre en premier lieu leurs technologies en Israël. » Cette initiative est destinée à tous ceux qui souhaiteront y participer, a-t-il ajouté.

« L’établissement d’un éco-système local pour la création des technologies nécessaires aux villes intelligentes – ce qui inclura l’organisation d’un buzz autour de ce sujet à travers des événements et par le biais de la base de données – aidera à rendre le défi plus attractif pour les entrepreneurs, a-t-il poursuivi.

Le programme a été lancé mardi lors d’un événement à Tel Aviv auquel ont assisté des maires et des membres de l’industrie des technologies.

Un point de départ pour des solutions technologiques

« A de nombreuses occasions, les responsables au sein des autorités locales ne savent même pas par où commencer » lorsqu’ils rencontrent une difficulté, a dit Goldstein. La base de données leur offrira ce point de départ.

Le programme a pour objectif d’encourager les autorités locales à présenter leurs travaux en cours aux start-ups et de les amener à organiser des initiatives pilotes où les entreprises pourront faire essayer leurs nouveaux produits. Les entrepreneurs locaux seront encouragés à implanter leurs technologies au sein de l’Etat juif avant de se tourner vers le marché mondial. Les multinationales seront également mises à contribution dans cette nouvelle initiative.

Le programme prévoit également la mise en place d’un forum de recherche universitaire, dirigé par l’université de Tel Aviv, en vue d’encourager les chercheurs à s’engager à solutionner les problèmes urbains.

Il envisage aussi la création de « villes expérimentales », avec une attention particulière portée aux villes périphériques en Israël.

De plus, le programme organisera une conférence internationale sur les villes intelligentes prévue au mois de mars 2019 au sein de l’Etat juif, avec des intervenants en provenance du monde entier.

CITYZOOM est une « initiative unique » qui, pour la première fois, associe les instances gouvernementales, les universités et les compagnies technologiques dans le but de mettre en place un « climat vibrant pour les villes intelligentes en Israël », lisait-on dans le communiqué.

« La prochaine phase de la révolution numérique est sur le point de se réaliser au sein des autorités locales en Israël et à l’étranger », a souligné la ministre de l’Egalité sociale Gila Gamliel dans le communiqué.

L’université de Tel Aviv, Kiryat Atidim, à Tel Aviv et le centre Peres pour la paix et l’innovation sont également à l’origine de ce projet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...