Israël n’était pas prêt pour faire face aux tunnels de Gaza en 2014
Rechercher

Israël n’était pas prêt pour faire face aux tunnels de Gaza en 2014

Une enquête de l’armée révèle que les officiers n’étaient pas au courant de l’étendue des "risques" alors que les politiciens l’étaient

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

L'entrée d'un tunnel découvert à Gaza pendant l'opération Bordure protectrice, le 18 juillet 2014. (Crédit : armée israélienne)
L'entrée d'un tunnel découvert à Gaza pendant l'opération Bordure protectrice, le 18 juillet 2014. (Crédit : armée israélienne)

Les conclusions d’une enquête militaire ont révélé que les officiers de l’armée n’étaient pas préparés à la menace des tunnels d’attaque creusés par le Hamas pendant la guerre de Gaza en 2014, en dépit du fait que la classe dirigeante d’Israël était au courant du danger, a rapporté mardi la radio militaire.

Un certain nombre de tunnels ont été utilisés par les combattants du Hamas pour infiltrer Israël et mener des attaques meurtrières contre les troupes de l’armée pendant le conflit avec la bande de Gaza qui a eu lieu pendant l’été 2014. Au cours de cette campagne, baptisée en Israël « opération Bordure protectrice », les forces israéliennes ont découvert et détruit au moins 34 tunnels, beaucoup d’entre eux menant sur le territoire israélien.

Le rapport interne de l’armée israélienne, qui a été préparé après la guerre, a révélé que l’armée était au courant que des tunnels étaient utilisés par le Hamas, mais les unités de combat n’étaient pas préparées suffisamment pour faire face à la menace, selon la radio militaire.

« A la veille de l’opération, les tunnels d’attaque étaient une donnée inconnue pour les officiers de la plupart des forces actives. La menace était connue, mais leur ampleur et sa signification n’ont pas été entendues », aurait souligné le rapport, dont certaines parties restent classées secrètes.

Un tank israélien dans la bande de Gaza pendant l'opération Bordure protectrice, le 31 juillet 2014. (Crédit : unité des portes-paroles de l'armée israélienne)
Un tank israélien dans la bande de Gaza pendant l’opération Bordure protectrice, le 31 juillet 2014. (Crédit : unité des portes-paroles de l’armée israélienne)

Dirigée par le commandant d’état-major du Corps de l’armée israélienne, le général Yossi Bachar, l’enquête a donné lieu à un rapport rédigé par plus de 30 officiers supérieurs incluant les réponses aux questionnaires remplis par presque tous les officiers impliqués dans l’opération, a précisé la radio militaire.

Dans d’autres conclusions accablantes, le rapport a également suggéré qu’il y avait un lien entre le manque de préparation et la durée de la guerre de 50 jours.

« La gestion de l’infrastructure et le contrôle de l’ennemi sur sa capacité à lancer des roquettes ont toujours été actifs jusqu’au dernier jour de la guerre. Le [faible] nombre de victimes du Hamas n’a pas été proportionnel à la puissance de la frappe utilisée contre eux », aurait fait valoir le rapport.

La radio de l’armée a déclaré qu’elle publiera d’autres conclusions du rapport dans les prochains jours.

En réponse au rapport, le député de l’opposition Ofer Shelah du parti Yesh Atid a déclaré qu’il n’avait pas été surpris par ses conclusions.

« Je le dis depuis un an et demi maintenant : Israël et l’armée se sont laissés entraînés dans une guerre dont ils savaient qu’elle arriverait mais ils n’avaient pas préparé de but, de plans militaires ou ses troupes pour cela », a-t-il déclaré dans un communiqué mardi, attribuant la responsabilité de ces échecs au Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Le député de Yesh Atid Ofer Shelah. (Crédit photo : Flash90)
Le député de Yesh Atid Ofer Shelah. (Crédit photo : Flash90)

« La classe politique est non seulement responsable de ne pas avoir dit qu’il y avait un problème, mais aussi de la façon dont elle a géré la situation. Elle doit faire en sorte que l’armée soit prête à faire face à toute menace et elle n’a pas fait cela. Le Premier ministre a ignoré le problème », a-t-il ajouté.

Une partie d’un rapport du contrôleur de l’Etat qui n’a pas encore été publié sur la gestion gouvernementale de la guerre 2014 a fuité plus tôt cette année. Il accuse Netanyahu et le ministre de la Défense de l’époque, Moshe Yaalon ainsi que le chef d’état major de l’époque Benny Gantz d’avoir dissimulé des informations concernant la menace posée par le groupe terroriste du Hamas avant l’opération Bordure protectrice.

Selon des sources médiatiques qui ont examiné le document de 70 pages en mai dernier, le contrôleur d’Etat Yosef Shapira a accusé Netanyahu et Yaalon de ne pas avoir fourni au cabinet de sécurité les informations en temps réel au sujet de la menace imminente de la guerre avec le Hamas et les capacités du groupe terroriste à mener des attaques via les tunnels transfrontaliers.

Le Hamas s’est vanté depuis la fin de la guerre de 2014 qu’il était en train de reconstruire un réseau de tunnels d’attaque sous la frontière israélienne et qu’il reconstituait son arsenal, tout en testant des roquettes plus puissantes pour une utilisation future contre Israël.

La sortie d'un tunnel d'attaque du Hamas du côté israélien de la frontière avec la bande de Gaza, le 6 mai 2016. (Crédit : AFP/Jack Guez)
La sortie d’un tunnel d’attaque du Hamas du côté israélien de la frontière avec la bande de Gaza, le 6 mai 2016. (Crédit : AFP/Jack Guez)

Depuis avril, l’armée israélienne a découvert deux tunnels menant en territoire israélien et le Shin Bet dit qu’il avait capturé un certain nombre de Gazaouis qui leur ont donné des informations détaillées sur le réseau des tunnels.

Après le conflit, Israël a investi environ 1 milliard de shekels dans le développement d’un système de détection pour localiser ces tunnels.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...