Israël réduit son niveau de vigilance pour les voyages dans le Sinaï
Rechercher

Israël réduit son niveau de vigilance pour les voyages dans le Sinaï

Alors que Bennett a été invité au Caire, le Conseil de sécurité nationale a abaissé le niveau d'alerte pour les voyages dans la péninsule, passant à une "menace concrète de base"

Camp de la nouvelle lune près de Ras Sheitan dans la péninsule du Sinaï, le 4 avril 2021. (Crédit : Jacob Magid/Times of Israel)
Camp de la nouvelle lune près de Ras Sheitan dans la péninsule du Sinaï, le 4 avril 2021. (Crédit : Jacob Magid/Times of Israel)

Le Conseil national de sécurité israélien a réduit le niveau de son avertissement de voyage pour certaines zones de la péninsule du Sinaï pour la première fois depuis des années mercredi, quelques heures après la visite en Israël du chef des services de renseignement égyptiens Abbas Kamel pour des discussions de haut niveau au sujet de Gaza.

Depuis plusieurs années, l’ensemble de la péninsule du Sinaï fait l’objet de l’avertissement le plus élevé possible, à savoir le niveau 1, qui correspond à une « menace concrète très élevée », en raison de la présence de l’État islamique et d’autres groupes terroristes dans la région, en particulier dans le nord de la péninsule. Dans le cadre de cet avertissement, le Conseil national de sécurité avait recommandé aux Israéliens de s’abstenir de se rendre dans le Sinaï et à ceux qui s’y trouvaient déjà de rentrer immédiatement.

Cette désignation a longtemps été une source de contrariété pour les milliers de touristes israéliens qui se rendent sur les plages pittoresques de la péninsule et dans les stations balnéaires situées le long de la côte sud du Sinaï, relativement paisible. Cela a également été une source de discorde avec l’Égypte, qui considère la région comme une source importante de revenus touristiques.

Mercredi soir, le Conseil a reconnu cette distinction entre le nord et le sud de la péninsule et a modifié son avertissement pour le sud en le faisant passer au niveau 3, une « menace concrète de base ». Il est toujours « recommandé aux Israéliens de ne pas se rendre sur place », mais il ne leur est plus demandé de quitter la zone.

Le Conseil national de sécurité a déclaré que ce changement avait été effectué avant la réunion de Bennett avec Kamel mercredi, bien qu’il n’ait été annoncé que mercredi soir. « Le Premier ministre l’a informé de la décision au cours de cette réunion », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Lors de la réunion, Kamel a transmis à Bennett une invitation du président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi à visiter le Caire dans ce qui serait le premier voyage d’un Premier ministre israélien en Égypte depuis 2011.

Le Premier ministre Naftali Bennett (à droite) a rencontré Abbas Kamel, le directeur de la Direction des renseignements généraux égyptiens, à Jérusalem, le 18 août 2021. (Crédit : Kobi Gideon / GPO)

Les avertissements aux voyageurs à destination du Sinaï existent depuis de nombreuses années. La péninsule était autrefois considérée comme dangereuse en raison de la porosité de sa frontière avec la bande de Gaza et de la crainte que des terroristes palestiniens puissent passer clandestinement la frontière et prendre pour cible des touristes israéliens. Ces dernières années, la frontière avec Gaza a été mieux contrôlée, les forces égyptiennes détruisant les tunnels de contrebande et exerçant un bien meilleur contrôle.

Dans le même temps, cependant, une insurrection de l’État islamique a pris racine dans le nord de la péninsule du Sinaï, ce qui a conduit à de nombreuses attaques meurtrières contre des soldats égyptiens. La région a également été la cible de plusieurs attaques terroristes majeures qui ont tué plus de 100 ressortissants étrangers, dont des Israéliens, au cours des dernières décennies.

Cependant, le sud de la péninsule, plus précisément la côte orientale, n’a généralement pas connu cette violence.

Tal Schneider a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...