Rechercher

Israël rouvre le passage aux travailleurs de Gaza après deux semaines de fermeture

Le ministre de la Justice s'est opposé à cette mesure ; le poste-frontière, qui permet à 12 000 travailleurs palestiniens d'entrer en Israël, était fermé depuis le 3 mai

Des travailleurs palestiniens attendent au passage d'Erez à Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza, alors qu'ils attendent d'entrer en Israël pour travailler, le 13 mars 2022. (Crédit : Attia Muhammed/Flash90)
Des travailleurs palestiniens attendent au passage d'Erez à Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza, alors qu'ils attendent d'entrer en Israël pour travailler, le 13 mars 2022. (Crédit : Attia Muhammed/Flash90)

Israël a rouvert dimanche le passage aux travailleurs de l’enclave palestinienne de Gaza après environ deux semaines de fermeture, a annoncé le ministère israélien de la Défense.

« Après une évaluation de l’état de la sécurité, il a été décidé (…) d’ouvrir le passage d’Erez aux travailleurs et aux détenteurs de permis autorisant l’entrée en Israël, à partir de dimanche », a indiqué le le Cogat, l’organe du ministère israélien de la Défense qui supervise les activités civiles dans les Territoires palestiniens.

Ce point de passage est utilisé par 12 000 Palestiniens dotés de permis pour pouvoir travailler en Israël, notamment dans les secteurs de la construction et de l’agriculture, où ils perçoivent des salaires beaucoup plus élevés qu’à Gaza.

« C’est la première fois que le point de passage rouvre depuis sa fermeture le 3 mai 2022 », précise le Cogat. Le maintien de cette ouverture « dépendra du maintien de la stabilité de l’état de la sécurité ».

Des ouvriers palestiniens sont vus au passage d’Erez dans le nord de la bande de Gaza, alors qu’ils attendent d’entrer en Israël pour travailler, le 13 mars 2022. (Crédit: Attia Muhammed/Flash90)

La fermeture du point de passage avait été décidée par l’Etat hébreu dans un contexte de célébrations de journées nationales en Israël, Yom HaZikaron et Yom HaAtsmaout, puis maintenue après un attentat meurtrier commis à Elad, à l’issue de Yom HaAtsmaout.

Le ministre de la Justice Gideon Saar s’est opposé à cette réouverture.

S’exprimant sur la radio de l’armée dimanche matin, le ministre a dénoncé cette décision, estimant qu’Israël « devrait conserver les éléments sur lesquels il peut s’appuyer contre le Hamas ».

La bande de Gaza, a-t-il affirmé, « est un secteur d’opposition à Israël et, en ce qui nous concerne, elle a une adresse – le dirigeant de Gaza, le Hamas ».

Si nous accordons des conditions spéciales à [Yahya] Sinwar, le dirigeant du Hamas, alors qu’il se livre à des provocations, ce serait une grave erreur. Nous devons changer l’équation », a-t-il ajouté.

Samedi, il avait déjà déclaré que « renouveler l’entrée de travailleurs de Gaza en Israël en ce moment n’est ni justifié ni correct. Sinwar et le Hamas, qui se livrent sans arrêt à la terreur et à l’incitation à la haine, devraient être retirés de leur zone de confort. »

Saar faisait référence au chef du Hamas à Gaza, Yahya Sinwar, qui a fait une apparition publique samedi pour la première fois depuis que des appels ont commencé à résonner en Israël pour son assassinat suite à l’attaque terroriste d’Elad.

Le ministre du Logement et de la Construction, Zeev Elkin, du parti de droite Tikva Hadasha de Saar et également membre du cabinet de sécurité de haut niveau, a fait écho à ses propos.

« Maintenant, spécifiquement, la réouverture du passage d’Erez est inutile », a déclaré Elkin à la radio de l’armée dimanche. « Même si le Hamas ne porte pas la responsabilité de tous les attentats terroristes perpétrés récemment, il les encourage définitivement ».

« L’activité menée par nos forces de sécurité, qui empêche de nombreuses attaques, est la chose qui les arrêtera. Je pense donc que sur le plan de la sécurité également, il aurait été préférable d’attendre », a ajouté Elkin.

Le ministre de la Coopération régionale, Issawi Frej, a quant à lui salué la démarche, affirmant qu’elle permettra d’apaiser les tensions avec les Palestiniens.

« [La réouverture du passage d’Erez] est une mesure sage et juste qui favorisera la paix et la sécurité », a déclaré le législateur, membre du parti de gauche Meretz.

 

 

 

 

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...