Israël veut plus de vols après une première liaison survolant l’Arabie saoudite
Rechercher

Israël veut plus de vols après une première liaison survolant l’Arabie saoudite

Air India pourrait lancer 3 vols par semaine vers et depuis Israël après que Ryad a permis d'emprunter l'espace aérien saoudien pour les vols commerciaux à destination d'Israël

Un Boeing de la compagnie Air India à l'aéroport de Londres, en 2005. (Crédit : domaine public)
Un Boeing de la compagnie Air India à l'aéroport de Londres, en 2005. (Crédit : domaine public)

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a exprimé dimanche l’espoir de voir la durée des vols directs entre Tel-Aviv et Bombay, capitale économique de l’Inde, drastiquement réduite après une première liaison israélo-indienne survolant l’espace saoudien.

Cette réduction permettrait de développer les liaisons directes entre les deux pays.

La compagnie aérienne Air India a effectué jeudi soir son premier vol direct à destination de Tel-Aviv en Israël en passant par l’espace aérien de l’Arabie saoudite. Ce pays interdisait jusque-là le survol de son territoire à des avions se rendant vers l’Etat hébreu avec lequel Ryad n’entretient pas de liens diplomatiques.

Le survol de l’Arabie saoudite permet de réduire sensiblement le temps des vols entre l’Inde et Israël.

« Ce que nous avons réalisé là est une percée pour atteindre de nouveaux marchés et cela constitue un grand changement », a dit Benjamin Netanyahu lors du conseil des ministres hebdomadaire.

« L’objectif que j’espère atteindre est que le prochain ou les prochains vols directs relieront Tel-Aviv à Bombay en cinq heures », a-t-il dit selon son bureau.

Actuellement, les vols directs de la compagnie aérienne israélienne El Al vers Bombay durent environ huit heures car ils doivent contourner l’espace aérien saoudien, ce qui rallonge leur parcours.

Air India envisage de lancer trois vols par semaine vers et depuis Israël après la levée par Ryad de l’interdiction d’emprunter l’espace aérien saoudien pour les vols commerciaux en direction d’Israël.

Les autorités saoudiennes n’ont pas commenté ce geste.

Lors d’une tournée au Moyen-Orient en mai 2017, le président américain Donald Trump avait atterri à Tel-Aviv directement de Ryad, à bord de l’avion présidentiel, dans ce qui devait être l’un des rares vols à avoir eu lieu entre les deux pays.

Bien que n’ayant aucune relation diplomatique, Israël et l’Arabie saoudite ont un ennemi commun au Moyen-Orient, l’Iran, qu’ils accusent de visées expansionnistes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...