Rechercher

Jordanie : Un journaliste jugé pour avoir critiqué le roi

Roussane est poursuivi pour des propos postés sur sa page Facebook, qui compte plus de 37 000 abonnés, dans lesquels il critique "les déplacements sans fin du roi à l'étranger"

Le roi de Jordanie Abdallah II regarde la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi (pas sur la photo) s'exprimer avant leur rencontre au Capitole à Washington le 13 mars 2019. 
(Mandel Ngan/AFP)
Le roi de Jordanie Abdallah II regarde la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi (pas sur la photo) s'exprimer avant leur rencontre au Capitole à Washington le 13 mars 2019. (Mandel Ngan/AFP)

Un journaliste jordanien, Adnane al-Roussane, détenu depuis une semaine, est jugé à Amman pour avoir publié des commentaires critiques à l’égard du roi Abdallah II sur les réseaux sociaux, a indiqué lundi son avocat à l’AFP.

« Adnane al-Roussane (71 ans) a comparu (dimanche) devant la tribunal et a nié les charges portées contre lui », a dit Assem al-Omari.

Le journaliste restera en état d’arrestation jusqu’à la prochaine audience, dimanche, a précisé l’avocat. Il est accusé « d’inciter au conflit, de semer la discorde (…), de diffuser de fausses nouvelles qui nuisent au prestige de l’État, de calomnier un organisme officiel et d’humilier un fonctionnaire ».

M. Roussane est, d’après l’avocat, poursuivi pour des propos publiés le 23 juillet sur sa page Facebook, qui compte plus de 37 000 abonnés, dans lesquels il critique « les déplacements sans fin du roi à l’étranger (…) qui deviennent ridicules ». Il y appelle le roi à « rester au pays un an, sans voyage (…) pour s’occuper des problèmes de la nation et des tribus » bédouines.

Piliers du trône, les tribus « vont bouger pour recouvrer leurs droits (…) si on ne leur prête pas une oreille attentive », a-t-il averti.

Posted by Adnan Al-Rusan on Monday, August 15, 2022

Le journaliste est aussi poursuivi pour un article publié le 30 juillet dans lequel il accuse le roi d’employer des responsables ainsi que « leurs enfants et petits-enfants, en leur accordant des primes et de l’argent de nos poches et non de la sienne, tandis que nos enfants ne peuvent pas trouver de travail ».

La Jordanie connaît une crise économique avec un taux de chômage d’environ 25 % en 2021, selon les chiffres officiels, 50 % chez les jeunes. Le taux de pauvreté a augmenté à 24 % et la dette publique a dépassé 51 milliards de dollars, soit plus de 110,6 % du PIB au premier semestre de 2022.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...