Ken Loach appelle au boycott d’Israël
Rechercher

Ken Loach appelle au boycott d’Israël

Lors de la soirée d'ouverture du Festival Ciné-Palestine, le lauréat de la Palme d'or de Cannes 2016 a appelé au boycott de l'État hébreu à Paris

La deuxième édition du Festival Ciné-Palestine a débuté le 23 mai dernier et aura lieu jusqu’au 5 juin prochain.

Ce Festival est organisé en partenariat avec l’Institut du Monde Arabe de Paris, le cinéma le Luminaire de l’Hôtel de ville, l’Université Paris 8 et le cinéma Le Studio à Aubervilliers. Pour sa deuxième édition, le Festival a prévu la programmation de 22 séances avec la projection de 31 films.

Ken Loach, le réalisateur britannique qui vient d’obtenir la Palme d’or à Cannes pour son film « Moi, Daniel Blake » est l’un des parrains du Festival aux côtés de Rana Alamuddin, Garance Clavel, Costa-Gavras, Licia Eminenti, Robert Guédiguian, Elli Medeiros, Tony Gatlif, Mohammad Bakri, Eyal Sivan et Michel Khleifi, rapporte le Huffington post Maghreb.

Lors de la soirée d’ouverture du Festival Ciné-Palestine à l’Institut du Monde Arabe, le réalisateur a tenu un discours invitant à boycotter l’état d’Israël.

« Nous entendons beaucoup parlé du conflit en Palestine, mais nous n’entendons pas les voix des Palestiniens, » a déclaré Ken Loach.

« Je ne sais pas à quoi ça ressemble en France, mais dans notre pays, le fait que les voix des Palestiniens restent silencieuses n’est pas un accident. Dans les journaux, dans les émissions, pour un Palestinien vous entendez dix Israéliens. »

« Ce qui nous dépasse est l’impuissance du droit international. Et dans l’absence de l’application du droit, nous, en tant que civils, nous devons faire ce qui est possible. Et pour nous cela veut dire le boycott, » a conclu Ken Loach.

A cet appel du boycott, le réalisateur britannique a été applaudit par les participants à cette cérémonie d’ouverture.

Lors d’une interview de 2014 donnée au quotidien berlinois Tagesspiegel, Ken Loach avait été interrogé sur les raisons pour lesquelles il soutenait le boycott d’Israël.

Il a répondu qu’ « Israël se présente comme une démocratie occidentale… et en même temps enfreint des accords internationaux et ne respecte pas la Convention de Genève, vole des terres auxquelles il n’a pas droit, enferme des enfants en prison et ment à la terre entière par rapport à ses armes nucléaires. »

Le réalisateur britanique a affirmé qu’il soutient le boycott académique et culturel d’Israël car « c’est la seule chose que nous pouvons faire » pour accomplir « ce que ni l’ONU ni Obama n’a réussi à faire, d’amener Israël à rendre ce qu’il décrit comme des territoires occupés. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...