La FPA s’insurge contre la proposition de limiter la couverture des médias
Rechercher

La FPA s’insurge contre la proposition de limiter la couverture des médias

Des membres de la Foreign Press Association ont été interdits d'accès par la police à des événements à Jérusalem et dans les alentours de la ville

Une salle d'audience (Crédit : Agence de presse Onaeg CC BY-SA  / Wikimedia Commons)
Une salle d'audience (Crédit : Agence de presse Onaeg CC BY-SA / Wikimedia Commons)

L’Association de la presse étrangère (FPA) a rejeté lundi dans un communiqué les propositions soumises par la police israélienne à la Haute-cour de justice concernant la limitation de la couverture médiatique des événements publics.

Ces procédures ont été présentées par la Haute-cour dans le cadre d’un dossier né d’une plainte déposée par des représentants de la FPA, aux côtés de groupes de défense des droits de l’Homme contre des procédures policières qui permettent aux autorités israéliennes d’empêcher des journalistes et des photographes de couvrir des événements d’intérêt public.

La FPA a noté qu’elle s’opposait à plusieurs changements de règle proposés, notamment au droit revendiqué par la police de restreindre l’accès des médias quand « l’entrée du personnel médiatique peut mener à une violation grave de la vie privée d’une personne » ou s’il y a « une inquiétude réelle pour des graves dommages à l’encontre de l’intégrité physique du personnel médiatique », ou encore s’il y a « une réelle inquiétude de ce que l’entrée du personnel médiatique ne crée une escalade de l’atmosphère de violence et à un niveau qui puisse potentiellement mettre des vies en danger ».

Cette plainte a suivi plusieurs incidents où des membres de la FPA ont été interdits d’accès par la police à des événements à Jérusalem et dans les alentours de la ville, avec un certain nombre de cas où les journalistes auraient subi des agressions présumées de la part des autorités.

« Tandis que nous respectons le dialogue avec la police tel qu’il a été ordonné par la cour, ces procédures qui ont été proposées sont trop vagues et elles ouvrent la porte à des restrictions arbitraires excessives », a commenté le président de la FPA Josef Federman.

« L’accès au mont du Temple a été lourdement restreint au cours des 18 derniers mois, ce qui a imposé fréquemment une panne médiatique sur le site le plus important de la région », a ajouté Federman.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...