La France va rouvrir à la visite le Tombeau des rois, un joyau de Jérusalem
Rechercher

La France va rouvrir à la visite le Tombeau des rois, un joyau de Jérusalem

Ce remarquable exemple d'architecture funéraire de l'époque romaine sera accessible tous les mardis et les jeudis matins, uniquement sur réservation en ligne

Entrée du Tombeau des Rois à Jérusalem-est (Crédit: Yoavd/Wikimedia Commons)
Entrée du Tombeau des Rois à Jérusalem-est (Crédit: Yoavd/Wikimedia Commons)

La France s’apprête à rouvrir à la visite le Tombeau des rois, joyau archéologique vieux de 2 000 ans dont elle est propriétaire au coeur de Jérusalem et qui était fermé au public depuis 2010, a annoncé le consulat général de France sur son site internet.

Ce remarquable exemple d’architecture funéraire de l’époque romaine, qui renfermait autrefois des sarcophages dans des chambres à alcôves et passe pour l’un des plus grands complexes de cette période dans la région, sera accessible à partir de jeudi, et tous les mardis et les jeudis matins, uniquement sur réservation en ligne, selon le consulat général de France.

La visite, payante, est limitée à 15 personnes par tranche de 45 minutes.

« Le Tombeau des rois est un site funéraire. Les visiteurs doivent être convenablement vêtus et respecter les lieux », prévient la page de commande des tickets. Les tombes elles-mêmes sont fermées au public pour des raisons de conservation et de sécurité.

Le vaste site dissimulé derrière un mur et un portail de métal tout près de la Vieille ville est signalé par un drapeau bleu-blanc-rouge et une panneau « République française – Tombeau des rois ».

Son accès est un sujet éminemment délicat pour des raisons politiques et religieuses, comme beaucoup de ce qui a trait à l’archéologie dans la Ville sainte. Les juifs ultra-orthodoxes vénèrent les lieux comme un site d’inhumation de leurs ancêtres et réclament de pouvoir y prier. L’affaire a, un temps, été portée devant la justice rabbinique.

Le site et le droit de propriété français ont une histoire complexe.

En 1863, le français Félicien de Saulcy, considéré comme l’un des pères de l’archéologie biblique, prenait en main les fouilles engagées peu auparavant et cherchait à confirmer qu’il avait affaire aux tombes des rois Salomon et David.

L’hypothèse a été écartée, mais le nom du tombeau est resté.

Plusieurs sarcophages ont été découverts à l’intérieur et se trouvent maintenant au Louvre.

Après les excavations conduites par de Saulcy, le site a été acheté par les frères Pereire, de célèbres banquiers français juifs qui l’ont cédé ensuite à la France.

Le ministre des Renseignements et des transports Israel Katz pendant la cérémonie d’inauguration d’une nouvelle gare dans la ville de Kiryat Malachi, au sud d’Israël, le 17 septembre 2018 (Crédit : Flash90)

Le ministre israélien des Affaires étrangères Israel Katz a salué dans un communiqué la décision de la France, prise après des « négociations longues et compliquées ».

Il a invité « le grand public à visiter des lieux qui revêtent une grande signification pour le peuple juif et offrent un témoignage supplémentaire du lien profond et multi-générationnel entre le peuple juif et sa capitale éternelle, Jérusalem », a-t-il dit, parlant de « grande signification religieuse et nationale ».

Interrogée sur les propos du ministre, la porte-parole du consulat général s’est contentée d’indiquer: « Nous rouvrons dans le respect des règles que nous nous sommes fixées ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...