Rechercher

La Jordanie salue les émeutiers et Bennett dénonce des « incitations à la violence »

Amman a convoqué l'envoyé israélien et demandé l'arrêt des "violations" à la mosquée Al-Aqsa ; Pour Gideon Saar, les propos des officiels jordaniens sont "graves et inacceptables"

Le Premier ministre Naftali Bennett en date du 1er mars 2022. (Crédit : Amos Ben-Gershom/GPO)
Le Premier ministre Naftali Bennett en date du 1er mars 2022. (Crédit : Amos Ben-Gershom/GPO)

Sur fond d’escalade des tensions diplomatiques avec la Jordanie suite aux récents affrontements sur le Mont du Temple de Jérusalem, le Premier ministre Naftali Bennett a déclaré lundi qu’il considérait « avec la plus grande gravité » les propos attribuant à Israël la responsabilité des violences.

Bennett s’est exprimé après que le ministère israélien des Affaires étrangères a accusé la Jordanie de « soutenir ceux qui… ont recours à la violence ».

Faisant allusion aux paroles prononcées dans la matinée de lundi par le Premier ministre jordanien, Bennett s’est insurgé contre « les propos accusant Israël d’être à l’origine des violences à notre encontre », ajoutant avec colère que « certains encouragent les jets de pierres et le recours à la violence contre les citoyens de l’État d’Israël ».

« C’est tout à fait inacceptable », a-t-il déclaré. « C’est une récompense faite à tous ceux qui incitent à la violence, notamment au Hamas, à tous ceux qui tentent de provoquer des flambées de violence à Jérusalem. Nous ne tolérerons pas que cela se produise. »

Bennett a promis que « l’État d’Israël continuera à assurer et à sauvegarder la dignité de tous, afin que tout un chacun puisse célébrer les fêtes à Jérusalem ». Et surtout, a-t-il dit, « nos forces continueront à assurer la sécurité des citoyens de l’État d’Israël. »

Bien que la déclaration de Bennett n’ait pas spécifiquement nommé la Jordanie, les relations entre Amman et Jérusalem ont semblé se détériorer rapidement au cours des derniers jours, à la suite de violents affrontements entre Palestiniens et policiers israéliens sur le lieu saint.

Lundi matin, le Premier ministre jordanien Bisher Khasawneh a fait l’éloge des émeutiers palestiniens, utilisant un langage inhabituellement hostile pour condamner les « sympathisants des sionistes » et dénonçant le « gouvernement d’occupation » d’Israël.

« Je salue chaque Palestinien, et tous les employés du Waqf islamique jordanien, qui se dressent fièrement, tels des minarets, lançant leurs pierres dans une volée d’argile contre les sympathisants sionistes qui souillent la mosquée Al-Aqsa en bénéficiant de la protection du gouvernement d’occupation israélien », a déclaré Khasawneh lors d’une session du parlement jordanien.

Le Premier ministre jordanien Bishr Khasawneh s’exprimant lors d’une conférence de presse avec le Premier ministre palestinien Mohammad Shtayyeh, dans la ville de Ramallah en Cisjordanie, le 9 décembre 2021. (Crédit : Majdi Mohammed/AP)

Le ministre de la Justice Gideon Saar n’a pas attendu pour répondre au Premier ministre jordanien, en tweetant que « les déclarations faites par de hauts responsables du Royaume de Jordanie sont graves et inacceptables ».

« La souveraineté d’Israël sur Jérusalem en tant que capitale est la garantie de la liberté de culte pour les membres de toutes les religions dans la ville. Les tentatives d’éléments extrémistes et terroristes, comme le Hamas, visant à embraser la région par une fausse campagne anti-israélienne apparaissent clairement et elles doivent être condamnées », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...