La police britannique arrête 3 anciens travaillistes pour antisémitisme présumé
Rechercher

La police britannique arrête 3 anciens travaillistes pour antisémitisme présumé

Deux hommes et une femme ont été interpellés brièvement ce mois-ci, soupçonnés d'incitation à la haine antisémite dans le parti

Manifestation organisée par le groupe britannique Campaign Against Anti-Semitism devant le siège du Parti travailliste britannique, à Londres, le 8 avril 2018. (AFP PHOTO / Tolga AKMEN)
Manifestation organisée par le groupe britannique Campaign Against Anti-Semitism devant le siège du Parti travailliste britannique, à Londres, le 8 avril 2018. (AFP PHOTO / Tolga AKMEN)

La police britannique a arrêté trois personnes près de Londres, soupçonnées de provocation à la haine antisémite dans les rangs du Parti travailliste.

Ces interpellations, survenues il y a quelques semaines mais rapportées seulement jeudi par la chaîne Sky News et d’autres médias, constituent une des rares interventions des autorités judiciaires contre des pourvoyeurs présumés d’antisémitisme au sein du parti.

Deux hommes d’une cinquantaine d’années ont été arrêtés à Birmingham et Tunbridge Wells les 7 et 14 mars, respectivement. La femme, septuagénaire, a elle été interpelée le 21 mars. Ils ont été retenus brièvement et libérés dans l’attente d’enquêtes supplémentaires, a indiqué un porte-parole de la police à Sky News.

Les trois ont été exclus du parti, ou l’ont quitté après des sanctions disciplinaires, d’après les informations des médias britanniques.

Le Board of Deputies of British Jews a qualifié ces arrestations de « hautement significatives. » Le groupe Campagne contre l’antisémitisme (Campaign Against Antisemitism) a appelé la police à procéder à d’autres interpellations.

Des milliers de cas de discours haineux présumé à l’encontre des Juifs ont été enregistrés dans le Parti travailliste depuis 2015, année où Jeremy Corbyn, un responsable politique d’extrême gauche, a été élu à sa tête. Le Conseil des députés a accusé Corbyn d’encourager la rhétorique antisémite et parfois même à s’y livrer, même s’il réfute.

A la suite d’une attention croissante sur le problème par l’opinion publique, le Parti travailliste encourt le risque de faire l’objet d’une enquête officielle de la Commission pour l’égalité et les droits humains du Royaume-Uni, le principal garde-fou gouvernemental de lutte contre le racisme.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...