La Syrie va être élue pour siéger dans un forum des droits de l’Homme à l’ONU
Rechercher

La Syrie va être élue pour siéger dans un forum des droits de l’Homme à l’ONU

Le régime d'Assad a salué sa nomination à une commission de "décolonisation" ; le même jour, les Nations unies ont estimé que Damas pourrait être coupable de génocide

Un homme passe devant une affiche présentant le président syrien Bashar Assad en franchissant la frontière, au point de passage situé entre la ville de Qaim (Irak) et Boukamal (Syrie), le 30 septembre 2019. (Crédit : AP Photo/Hadi Mizban, File)
Un homme passe devant une affiche présentant le président syrien Bashar Assad en franchissant la frontière, au point de passage situé entre la ville de Qaim (Irak) et Boukamal (Syrie), le 30 septembre 2019. (Crédit : AP Photo/Hadi Mizban, File)

Les Nations unies ont annoncé, jeudi, que la Syrie allait être élue à un poste éminent à une commission de « décolonisation » chargée de la défense des droits de l’Homme, notamment face à la « soumission, à la domination et à l’exploitation » des populations.

Le régime syrien dirigé par le dictateur Bashar al-Assad a mené une guerre sanglante qui a fait des centaines de milliers de morts depuis son commencement, en 2011. Le régime aurait commis d’importants et nombreux crimes de guerre, utilisant notamment des armes chimiques et des bombes baril contre les civils.

Jeudi également, l’ONU a diffusé un article selon lequel les actions contre le régime, pendant la guerre, constituaient probablement des « crimes contre l’humanité, des crimes de guerre et d’autres crimes internationaux, dont un génocide ».

La Syrie sera élue à la commission spéciale des Nations unies sur la décolonisation, une instance regroupant 24 nations dont l’objectif est de « décoloniser » les îles Vierges américaines, les îles Guam et Samoa et d’autres encore, selon l’organisation à but non-lucratif UN Watch, qui a annoncé l’élection de la Syrie au sein du forum.

Le nouvel envoyé syrien, Bassam al-Sabbagh, devrait rejoindre le panel au mois de juin, a fait savoir l’ONU lors de sa session d’ouverture.

« La commission spéciale entreprendra ultérieurement l’élection de son rapporteur spécial, sous réserve de l’arrivée à New-York de son excellence l’ambassadeur Bassam al-Sabbagh, nominé par la république arabe syrienne », a commenté Keisha McGuire, représentant permanent de Grenade aux Nations unies.

Al-Sabbagh a été dans l’incapacité d’assister à la cérémonie d’ouverture du forum, a ajouté McGuire.

Un représentant syrien a déclaré lors de la rencontre que « mon pays a toujours soutenu les procédures entamées par cette commission spéciale ainsi que les efforts de la commission visant à renforcer le droit à l’auto-détermination ».

Les Nations unies ont évoqué les violences perpétrées par les deux parties pendant la guerre civile en Syrie mais la Russie, alliée de Damas, a bloqué de nombreux efforts visant à cibler le régime.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...