Israël en guerre - Jour 229

Rechercher

« L’Album d’Auschwitz », réédité en français avec des explications d’historiens

"Un album d'Auschwitz : comment les nazis ont photographié leurs crimes" est l'œuvre du Français Tal Bruttmann et des Allemands Stefan Hördler et Christoph Kreutzmüller

Un album d'Auschwitz : comment les nazis ont photographié leurs crimes (éditions du Seuil)
Un album d'Auschwitz : comment les nazis ont photographié leurs crimes (éditions du Seuil)

L’Album d’Auschwitz, recueil de photographies réalisées par les nazis dans le camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau, est réédité en français vendredi avec les explications attentives d’historiens qui l’ont passé à la loupe.

Un album d’Auschwitz : comment les nazis ont photographié leurs crimes (éditions du Seuil) est l’œuvre du Français Tal Bruttmann et des Allemands Stefan Hördler et Christoph Kreutzmüller.

L’édition allemande de leur ouvrage était paru en 2019. La française est traduite par Olivier Mannoni, également traducteur de Mein Kampf.

L’édition critique du livre programmatique d’Adolf Hitler paru en 1924-1925, par Fayard en 2021 en français, après la version allemande en 2016, avait déjà montré comment l’on pouvait transformer la production nazie en support à une histoire accessible à qui veut comprendre la mécanique génocidaire du nazisme.

Cet « album » a été réalisé en 1944 par deux photographes SS. Et les historiens partent de la même ambition : déconstruire ce qui visait au départ à exalter le projet national-socialiste pour l’Europe.

« Ce sont des images, un objet totalement différent du texte. Et alors que Mein Kampf a été abondamment commenté, personne avant nous ne s’était penché sur ces photographies. De manière générale, l’analyse des photos est rarement intégrée au travail des historiens », explique Tal Bruttmann à l’AFP.

Des Juifs de Hongrie arrivant à Auschwitz en mai 1944, dans le cadre de la série de photographies ‘L’Album d’Auschwitz’. La plupart de ces Juifs ont été assassinés le jour-même. (Crédit : Domaine public)

Photos « mondialement connues »

Dans le cas d’Auschwitz-Birkenau, camp d’extermination implanté dans le sud de la Pologne où ont été assassinées 1,1 million de personnes, les SS documentent le travail de réception de déportés juifs de Hongrie.

Officiellement, il s’agit de « déplacer » des populations désignées comme indésirables, et d’en sélectionner les individus aptes au travail. De fait, les photographes savent qu’ils capturent les derniers instants de condamnés aux chambres à gaz.

Selon l’historien, « ces photos sont mondialement connues. Si vous cherchez des images d’Auschwitz, vous tombez dessus. Elles sont dans les documentaires, dans les livres, dans tous les musées qui parlent de la Shoah. Donc elles sont ancrées dans les représentations, et elles ont irrigué la culture populaire ».

Mais « si vous les avez vues isolément, vous ne savez probablement pas qu’elles proviennent de cet album de 197 photos confectionné par des SS. Ça, c’est nous qui l’avons trouvé », ajoute Tal Bruttmann.

Linda Reich (prisonnière n° 1173 du premier convoi) au centre de la photo provenant de ‘L’Album d’Auschwitz’. Des prisonnières du Aufräumungskommando (commandos de nettoyage) trient les effets confisqués d’un convoi de Juifs de Subcarpathian Rus (Ukraine) dans un entrepôt à Auschwitz-Birkenau, mai 1944. (Crédit : United States Holocaust Memorial Museum, avec l’aimable autorisation de Yad Vashem/Domaine public)

D’Auschwitz à Miami

L’avocat et historien de la déportation Serge Klarsfeld avait éclairci l’histoire de cet album après sa découverte. Emporté par son premier propriétaire, un Allemand, vers le camp de Dora, il y est trouvé par hasard par une déportée de 19 ans, Lili Jacob, dans la table de chevet d’une ancienne chambre de SS.

Celle-ci voit sur les photos quantité de gens qu’elle a connus, y compris ses parents. Elle s’accrochera à cet objet, précieusement conservé et emmené dans son émigration vers Miami après la guerre.

Serge Klarsfeld la retrouvera sous son nom d’épouse et la convaincra de léguer l’album au mémorial de Yad Vashem à Jérusalem.

Pour cela, écrit-il en préface, « il avait fallu trente-cinq ans (…) Quarante ans furent encore nécessaires pour que ce livre [celui publié vendredi] apporte une réponse à la plupart des questions restées en suspens ».

L’une des nombreuses images de « L’Album d’Auschwitz » prises depuis le haut d’un wagon au mois de mai 1944. Plusieurs officiers SS et victimes juives qui venaient d’arriver ont été identifiées. (Crédit : Yad Vashem)

Ce qu’éclairent les trois historiens, qui combinent « des champs de compétences très différents », c’est à la fois les conditions de ces prises de vue, et ce qu’elles nous apprennent sur Auschwitz.

« Il y a énormément à en tirer pour notre compréhension », souligne Tal Bruttmann.

« Tout en masquant le processus d’assassinat proprement dit, les photos reflètent la tentative de fixer le processus de l’arrivée (…) comme une chaîne de valorisation bien rodée », résument les auteurs en conclusion.

Imprimé sur papier de luxe, l’ouvrage est au prix de 49 euros, avec le soutien de l’Office franco-allemand pour la jeunesse et de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.