L’analogie avec les camps de concentration rejetée par le musée US de la Shoah
Rechercher

L’analogie avec les camps de concentration rejetée par le musée US de la Shoah

L'institution de Washington a répété son positionnement après une mauvaise retranscription des dires d'une historienne qui avait soutenu Ocasio-Cortez suite à ses propos polémiques

L'exposition "les Américains et la Shoah" au musée de commémoration de la Shoah de Washington, aux Etats-Unis, qui explore les décisions prises par le gouvernement, les médias, les artistes et les Américains en général en réponse au nazisme(Crédit : Musée de commémoration de la Shoah américain)
L'exposition "les Américains et la Shoah" au musée de commémoration de la Shoah de Washington, aux Etats-Unis, qui explore les décisions prises par le gouvernement, les médias, les artistes et les Américains en général en réponse au nazisme(Crédit : Musée de commémoration de la Shoah américain)

WASHINGTON (JTA) — Le musée de commémoration américain des Etats-Unis a réitéré son rejet des comparaisons faites avec la Shoah suite au débat entraîné par le terme de « camp de concentration », qui a été utilisé par la représentante démocrate de New-York Alexandria Ocasio-Cortez pour désigner les camps de détention des migrants mis en place par l’administration Trump, ce qui avait entraîné une polémique.

Le musée « rejette sans aucune ambiguïté les initiatives visant à créer des analogies entre la Shoah et d’autres événements, qu’ils soient historiques ou contemporains », a fait savoir le musée dans un communiqué.

« Ce positionnement a été clairement établi de manière répétée et sans équivoque dans le communiqué officiel transmis par le musée au sujet de cette affaire », a ajouté l’institution.

Ce communiqué offre également un lien permettant d’accéder à un autre, qui avait été émis au mois de décembre suite à une controverse similaire portant sur les mêmes camps de détention de migrants.

La semaine dernière, Ocasio-Cortez avait comparé ces camps d’incarcération des migrants, dressés à la frontière des Etats-Unis, aux camps de concentration, utilisant par ailleurs la phrase « Plus jamais ça ».

Après que les critiques ont dénoncé une invocation de la Shoah, elle a expliqué qu’elle ne voulait pas établir une comparaison entre les camps de détention et ceux qui étaient dirigés par les nazis, mais plutôt rappeler une définition du terme qui a pu être utilisée pour d’autres camps du même type – notamment ceux qui avaient servi à emprisonner des Américains d’origine japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale.

Alexandria Ocasio-Cortez, candidate au Congrès de New York, s’adresse aux sympathisants lors d’une collecte de fonds, le 2 août 2018, à Los Angeles. (AP Photo/Jae C. Hong)

Cette clarification n’avait pas convaincu l’ensemble de ses détracteurs et le déchaînement des critiques a continué.

Le communiqué transmis par le musée semble avoir été entraîné par un article paru sur le site World Israel News, qui a accusé une historienne du musée de la Shoah d’avoir adopté l’analogie entre les camps de détention pour migrants actuels et les camps de concentration mis en place par les nazis.

« Le musée affirme qu’une déclaration attribuée à une historienne qui travaille au sein du musée concernant les récents événements et la tentative d’établir une analogie entre la situation sur la frontière sud des Etats-Unis et les camps de concentration en Europe au cours des années 1930 et 1940 ne reflète pas le positionnement du musée », a noté le communiqué.

En fait, l’historienne, Becky Erbelding, avait évoqué des propos tenus sur Twitter par Ocasio-Cortez qui avaient défini les camps de concentration comme étant des lieux d’incarcération massive, tout en précisant explicitement qu’ils ne pouvaient être comparés à ce qui était arrivé pendant la Seconde Guerre mondiale.

L’article du World Israel News avait mal présenté les propos d’Ocasio-Cortez, en affirmant qu’ils invoquaient la Shoah. Dans une déclaration, Erbelding avait réclamé une correction de l’article et des excuses de la part de World Israel News et déclaré que « toute analogie avec la Shoah est paresseuse, distraite, dépourvue de toute sensibilité et incorrecte ».

« Je soutiens la position du musée sur l’évitement des analogies avec la Shoah », a-t-elle ajouté au cours d’un entretien avec JTA.

Pour sa part, le musée de la Shoah a expliqué à JTA qu’il s’en tenait à son communiqué et l’auteur de l’article paru sur World Israel News n’a pas répondu à notre demande de réaction.

Le site internet a depuis publié une clarification.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...