Lapid fustige Netanyahu qui veut négocier sur la loi polonaise
Rechercher

Lapid fustige Netanyahu qui veut négocier sur la loi polonaise

Le leader de Yesh Atid reproche au Premier ministre d’ouvrir le dialogue avec la Pologne afin de "parvenir à un accord" sur l’attribution des atrocités de la Shoah aux Polonais

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Yair Lapid, président du parti Yesh Atid, pendant une cérémonie d'accueil des nouveaux immigrants d'Amérique du Nord à l'aéroport Ben Gurion, le 15 août 2017. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Yair Lapid, président du parti Yesh Atid, pendant une cérémonie d'accueil des nouveaux immigrants d'Amérique du Nord à l'aéroport Ben Gurion, le 15 août 2017. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Le président du parti Yesh Atid a critiqué lundi le Premier ministre Benjamin Netanyahu pour sa décision d’ouvrir le dialogue avec le gouvernement polonais afin de « parvenir à un accord » sur le projet de loi polonais qui pénaliserait l’attribution des atrocités de la Shoah à la Pologne.

« Nous ne négocions pas sur la mémoire des défunts », a déclaré Lapid aux membres de son parti, lors de la réunion hebdomadaire de sa formation à la Knesset. « Cette loi doit être enterrée dans le sol polonais, qui regorge du sang des Juifs. »

La loi prévoit des pénalités, notamment des peines de prison pour l’usage du terme « camp de la mort polonais », et criminaliserait la mention de la complicité polonaise dans les crimes nazis comme « déformation de la vérité, réécriture de l’histoire et négationnisme ».

Lapid a déclaré qu’au lieu de négocier, « Israël doit dire une seule chose à la Pologne : si cette loi est adoptée, vous devrez nous traduire en justice ».

Le chef du parti centriste a ajouté que ce n’était « pas par hasard » que la plupart des camps de concentration étaient en Pologne, et qu’Israël ne doit pas se gêner de dire la vérité.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...