Lapid rentre des USA après des pourparlers pré-électoraux avec les Démocrates
Rechercher

Lapid rentre des USA après des pourparlers pré-électoraux avec les Démocrates

On ignore pourquoi le chef de Yesh Atid, vacciné, est allé à Washington au lieu de se contenter d'une réunion en ligne ; il revient quelques heures avant la fermeture de l'aéroport

Le député de Kakhol lavan Yair Lapid prend la parole lors de la conférence Maariv à Herzliya, le 26 février 2020. (Crédit : Miriam Alster / Flash90)
Le député de Kakhol lavan Yair Lapid prend la parole lors de la conférence Maariv à Herzliya, le 26 février 2020. (Crédit : Miriam Alster / Flash90)

L’une des dernières personnes à entrer dans le pays avant la fermeture de l’aéroport à minuit lundi était le leader de l’opposition Yair Lapid.

Lapid, qui se trouvait aux États-Unis depuis jeudi pour des consultations avec des stratèges politiques américains, a atterri en Israël avant 18 heures lundi soir. A minuit, les vols étrangers sont interdits d’atterrissage en Israël jusqu’à la fin du mois, dans un geste sans précédent approuvé par le gouvernement dimanche visant à empêcher les passagers infectés par le COVID-19 d’entrer dans le pays.

Le voyage à Washington, DC, a été confirmé au Times of Israel par le porte-parole de Lapid.

Le moment choisi pour cette visite aux États-Unis est étrange, non seulement en raison de la pandémie de coronavirus, qui a largement paralysé les déplacements aériens, mais aussi parce qu’elle intervient à un moment considéré comme critique, quelques jours seulement avant la date limite du 4 février pour l’inscription des partis sur les listes électorales.

Cette période est généralement marquée par une intense activité de jonglage entre les partis qui cherchent à former des alliances avec des politiciens partageant les mêmes idées. Lapid, dont le parti Yesh Atid s’est présenté aux trois dernières élections sous la bannière de Kakhol lavan avec le ministre de la Défense Benny Gantz, est cette fois-ci en compétition dans un champ encombré de partis cherchant à évincer le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

L’arène politique est donc mûre pour de potentielles fusions, mais elle est aussi devenue un champ de mines de rivaux potentiels, en particulier le parti Tikva Hadasha de Gideon Saar, qui est au coude à coude avec Yesh Atid dans les sondages en tant que principal challenger du Likud de Netanyahu.

Lapid a été critiqué pour ne pas avoir su tirer profit du centre-gauche confus du spectre politique, où ses principaux rivaux, les Travaillistes et Kakhol lavan, se sont pratiquement effondrés.

Saar, Lapid et Netanyahu se présentent tous avec l’aide de conseillers politiques américains, bien que Lapid soit le seul à s’être rendu aux États-Unis pour des consultations jusqu’à présent.

Il a une relation de longue date avec Mark Mellman, un sondeur basé aux Etats-Unis qui dirige la Democratic Majority for Israel.

Il consulte également le représentant de la Floride Ted Deutch, un ami de longue date, et d’autres conseillers stratégiques liés au Parti démocrate.

Lapid prévoit de tenter de recréer le succès des démocrates qui ont réussi à faire voter malgré la pandémie, en recourant à des campagnes de porte-à-porte et à de petites réunions en plein air, en personne et virtuellement, à la place des grands rassemblements interdits par les restrictions sur le coronavirus.

Jon Ossoff, candidat démocrate au Sénat américain, au Dunbar Neighborhood Center lors du second tour des élections sénatoriales en Géorgie, le 5 janvier 2021, à Atlanta. (AP Photo/Branden Camp)

Yesh Atid s’intéresse également au succès des démocrates lors du second tour du Sénat de Géorgie, où ils ont réussi à gagner en concentrant leurs efforts sur les partisans potentiels ou probables plutôt que de tenter de gagner les électeurs indécis ou de faire changer d’avis ceux qui votent pour d’autres partis.

On ne sait pas très bien pourquoi Lapid a dû prendre l’avion pour se rendre aux États-Unis afin de rencontrer les conseillers, bien qu’il soit possible qu’il ait également profité de son voyage pour collecter des fonds. Son parti s’étant séparé de Kakhol lavan après les dernières élections, il n’obtiendra qu’environ la moitié des fonds de campagne financés par l’État qu’il aurait obtenus si les partis étaient restés ensemble.

Le porte-parole de Lapid a refusé de dire s’il collectait des fonds lors du voyage. La réglementation sanitaire de nombreux États américains est plus laxiste qu’en Israël, qui est actuellement en quarantaine, et la collecte de fonds est considérée comme plus efficace si elle se fait face à face.

Le porte-parole a déclaré que M. Lapid n’avait rencontré aucun membre de la nouvelle administration américaine, qui aurait probablement pris garde de ne pas être considéré comme se mêlant de l’élection israélienne.

« Absolument pas », a déclaré le porte-parole. « Nous ne sommes pas à Washington pour créer un désordre. »

Alors que les annonces officielles de la campagne de Netanyahu et les messages des médias sociaux sont restés à l’écart du dénigrement en ligne, un conseiller, le porte-parole du Likud Naor Ihia, a attaqué Lapid sur Twitter à propos du voyage.

« La prochaine fois que Yair Lapid affirmera que le Premier ministre est occupé par ses affaires personnelles, rappelez-lui que pendant une crise, il s’est envolé pour les États-Unis uniquement pour rencontrer son sondeur », a tweeté Ihia.

D’autres ont également critiqué Lapid pour avoir pris l’avion alors que le pays était confiné, et Lapid lui-même n’a pas rendu public le voyage.

Lapid a été dûment vacciné avec les deux doses du vaccin contre le coronavirus Pfizer-BioNTech, la seconde ayant été administrée une semaine avant son vol, et il n’est pas certain qu’il doive être mis en quarantaine à son arrivée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...