L’armée libanaise affirme qu’Israël a pris pour cible une ONG liée au Hezbollah
Rechercher

L’armée libanaise affirme qu’Israël a pris pour cible une ONG liée au Hezbollah

L'armée rapporte que Tsahal a lancé des roquettes sur "les centres du groupe environnemental Green Without Borders [affilié au Hezbollah] à l'intérieur des territoires libanais"

L'armée israélienne tire dans le ciel au-dessus de la frontière libanaise le 25 août 2020. (Courtoisie)
L'armée israélienne tire dans le ciel au-dessus de la frontière libanaise le 25 août 2020. (Courtoisie)

Dans la première déclaration officielle du gouvernement libanais sur les tensions frontalières de mardi soir, l’armée libanaise a affirmé mercredi qu’Israël a visé, à l’aide de roquettes, un « groupe environnemental » affilié au Hezbollah.

« Des hélicoptères appartenant à l’ennemi israélien ont ciblé les centres du groupe environnemental Green Without Borders [affilié au Hezbollah] à l’intérieur des territoires libanais, en lançant 3 roquettes qui visaient la zone périphérique de Ramya, et 8 missiles qui ont atterri à l’extérieur de la ville d’Aita al-Sha’ab », rapporte l’armée libanaise.

L’armée libanaise affirme en outre qu’Israël a lancé 117 fusées éclairantes et une centaine d’obus, dont certains explosifs et le reste renfermant du phosphore dans les zones périphériques des villes : Mays al-Jabal, Hula, Maroun al-Ras et Aitaroun à l’intérieur du territoire libanais.

Certains de ces obus ont déclenché des incendies dans les forêts de la région et ont causé des dégâts matériels à une maison et à une chèvrerie.

Israël a longtemps accusé Green Without Borders de servir de façade à l’aile armée du Hezbollah. Les Nations unies et ses troupes de maintien de la paix au Liban, la FINUL, ont également reconnu un lien entre les deux, notamment le fait qu’une attaque contre Israël par le groupe terroriste en septembre dernier aurait été lancée depuis un site de Green Without Borders au sud du Liban.

La force de maintien de la paix des Nations Unies au Liban, la FINUL, a annoncé mercredi qu’elle lançait une enquête sur un échange de tirs apparent entre les forces de défense israéliennes et le groupe terroriste Hezbollah le long de la frontière israélo-libanaise la nuit dernière.

« J’ai lancé une enquête urgente et j’appelle les deux parties à coopérer pleinement avec la FINUL pour aider à déterminer les faits », a déclaré le commandant de la FINUL, le général Stefano Del Col.

Selon l’armée, des coups de feu ont été tirés sur les troupes opérant à l’intérieur d’Israël près de la frontière libanaise la nuit dernière. En réponse, l’artillerie israélienne a tiré un certain nombre de fusées éclairantes et d’obus fumigènes en l’air pendant que les troupes fouillaient la zone à la recherche d’éventuelles violations de la frontière. Peu de temps après, l’aviation israélienne a également bombardé un certain nombre de postes d’observation du Hezbollah près de la frontière, a expliqué l’armée israélienne.

« La situation le long de la Ligne bleue est depuis revenue au calme et la FINUL maintient une présence continue dans la zone en coordination avec les parties », ont assuré les troupes onusiennes.

La force de maintien de la paix dit que Tsahal l’a informée de « tirs d’armes légères en provenance du Liban contre une patrouille de l’armée israélienne dans la zone générale de Manara ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...