L’assassin d’Esther Horgen avait fait du repérage 6 semaines plus tôt
Rechercher

L’assassin d’Esther Horgen avait fait du repérage 6 semaines plus tôt

Muhammad Mruh Kabha, du village palestinien de Tura al-Gharbiya, voulait venger un prisonnier palestinien mort d'un cancer dans une prison israélienne

Muhammad Mruh Kabha, 40 ans, originaire du village palestinien de Tura al-Gharbiya, est soupçonné d'avoir assassiné Esther Horgen de l’implantation de Tal Menashe le 20 décembre 2020. (Shin Bet)
Muhammad Mruh Kabha, 40 ans, originaire du village palestinien de Tura al-Gharbiya, est soupçonné d'avoir assassiné Esther Horgen de l’implantation de Tal Menashe le 20 décembre 2020. (Shin Bet)

Le service de sécurité du Shin Bet a identifié lundi le principal suspect dans le meurtre d’Esther Horgen dans le nord de la Cisjordanie le mois dernier comme étant un Palestinien de 40 ans d’un village voisin.

Selon le service de sécurité, Muhammad Mruh Kabha, de Tura al-Gharbiya près de Jénine, est soupçonné d’avoir perpétré cet attentat terroriste pour venger la mort d’un prisonnier de la sécurité, Kamel Abu Waer, décédé d’un cancer six semaines auparavant.

Bien que des sources palestiniennes aient identifié Kabha comme le principal suspect de l’attaque terroriste, son nom a été interdit de publication en vertu d’un embargo émis par le tribunal jusqu’à lundi. Le Times of Israël a également confirmé les informations palestiniennes selon lesquelles il avait déjà purgé plusieurs fois dans le passé une peine dans une prison israélienne pour des raisons de sécurité. Cependant, Kabha n’a aucun lien connu avec des groupes terroristes palestiniens, a déclaré le Shin Bet.

Kabha a été arrêté le 24 décembre et a fait des aveux aux enquêteurs.

Il a reconnu avoir tué en décembre une Franco-Israélienne près d’une implanation en Cisjordanie pour des motifs « nationalistes », a indiqué lundi le Shin Bet.

« Mohammed Kabha, 40 ans, du village de Tura al-Gharbiya près de Jénine (nord), a reconnu avoir assassiné Esther Horgen pour des motifs nationalistes et a donné des détails sur le meurtre », a affirmé le Shin Beth dans un communiqué.

Esther Horgen, 52 ans, qui a été retrouvée morte dans le nord de la Cisjordanie à la suite d’un attentat terroriste présumé le 20 décembre 2020. (Autorisation)

Le suspect avait prévu un mois et demi plus tôt de commettre un attentat anti-israélien, après avoir été notamment influencé par la mort, dans une prison israélienne, d’un Palestinien atteint de cancer.

Il a mis son projet a exécution le 20 décembre en voyant une femme juive marchant seule dans la forêt, selon le Shin Bet.

« Lors de son interrogatoire par le Shin Bet et la police israélienne, il est apparu qu’il avait brutalement assassiné Esther Horgen, de mémoire bénie, pour des motifs nationalistes », a déclaré le service de sécurité.

Selon le Shin Bet, en décidant de mener une attaque terroriste après la mort d’Abu Waer le 10 novembre, Kabha a commencé à chercher un moyen de le faire.

Il avait connaissance d’une brèche dans la clôture de la forêt de Reihan, à l’extérieur de l’implantation de Tal Menashe, car il l’avait utilisée dans le passé pour faire entrer des cigarettes en Israël, a déclaré le service de sécurité.

« Après avoir remarqué qu’il n’y avait que peu de circulation et que des citoyens israéliens passaient par cette zone, il a décidé que ce serait une zone appropriée pour mener une attaque terroriste », a déclaré le Shin Bet.

Esther Horgen, 52 ans, qui a été retrouvée morte dans le nord de la Cisjordanie à la suite d’un attentat terroriste présumé le 20 décembre 2020. (Autorisation)

Le 20 décembre, Horgen, 52 ans, mère de six enfants, est allée faire un jogging dans la forêt de Reihan. Kabha, qui attendait dans le secteur le passage d’une victime, l’a aperçue marchant seule et l’a « attaquée et assassinée », selon le service de sécurité.

Le corps de Horgen a été retrouvé le lendemain matin à l’aube, après que son mari, Benjamin, a signalé sa disparition.

Selon le Shin Bet, après avoir tué Horgen, Kabha a fui la région et a reçu l’aide d’amis et de parents, qui l’ont aidé à se cacher pendant que les forces de sécurité israéliennes le recherchaient.

Quatre personnes l’ayant aidé à se cacher après l’attaque ont également été arrêtées, a déclaré le Shin Beth.

Les médias palestiniens ont rapporté que deux de ces personnes étaient ses épouses.

« Le suspect sera traduit en justice devant un tribunal militaire après la fin de l’enquête », d’après cette source.

Selon la Treizième chaîne, les enquêteurs ont reçu des renseignements sur son identité quatre jours après l’attaque et ont attendu de s’assurer qu’il était chez lui avant de l’arrêter.

Esther Horgen, née Brigitte Attelan, avait immigré de France en Israël dans les années 1980.

Psychologue et coach, elle vivait avec sa famille à Tal Menashe depuis 20 ans.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait promis qu’Israël « règlerait ses comptes » avec son meurtrier.

Le meurtre a également été condamné par le ministère français des Affaires étrangères ayant dénoncé un « crime odieux ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...