Le chef de Soroka reproche à l’État de ne pas avoir testé de récents voyageurs
Rechercher

Le chef de Soroka reproche à l’État de ne pas avoir testé de récents voyageurs

Le bureau de Bennett avait annoncé la semaine dernière que ce plan était acquis, qu’il n’en était plus au stade de la proposition. Il n’avait jamais dit qu’il avait été mis de côté

Des personnes portant un masque facial arrivent à l'aéroport international Ben Gurion, le 11 mars 2020. (Flash90)
Des personnes portant un masque facial arrivent à l'aéroport international Ben Gurion, le 11 mars 2020. (Flash90)

Le Dr Gabi Barabash, directeur du centre médical Soroka, a reproché mardi au gouvernement d’avoir annulé un plan visant à tester et à mettre en quarantaine toute personne arrivant des États-Unis ou d’autres points chauds du virus.

« Les gens qui atterrissent aujourd’hui à Ben Gurion en provenance de points chauds, des États-Unis, d’Espagne, d’Italie et de France, entrent tout simplement dans le pays. Personne ne vérifie qu’ils sont bien en quarantaine. Personne ne les teste pour le coronavirus », a-t-il déclaré à la Douzième chaîne d’information.

Si la plupart des voyages en Israël ont été réduits, les vols quotidiens en provenance de New York se poursuivent.

Il a prédit que ce résultat ferait d’Israël un « avant-poste de New York », l’une des zones les plus touchées au monde.

« Tout ce que nous avons réalisé jusqu’à présent sera perdu », a-t-il déclaré.

Malgré son annonce selon laquelle tous les arrivants des Etats-Unis, d’Italie, d’Espagne et de France devraient se soumettre à un test et seraient envoyés dans un hôtel de quarantaine dès leur atterrissage en Israël, le ministre de la Défense Naftali Bennett a fait savoir, mardi, que ce plan avait été écarté par ses supérieurs.

Alors qu’il lui était demandé pourquoi un groupe de voyageurs en provenance de New York et dont le vol a atterri ce mardi après-midi n’avait pas été testé au coronavirus ou envoyé dans un hôtel, à l’isolement, Bennett a répondu à la Douzième chaîne que le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le conseiller à la sécurité nationale Meir Ben Shabbat avaient décidé de prendre une direction différente et d’envoyer ces passagers en quarantaine à domicile.

Meir Ben-Shabbat, qui a été nommé conseiller de la sécurité nationale le 13 août 2017 (Autorisation)

« Tous les programmes que vous souhaiteriez voir appliqués ne voient pas le jour », a-t-il dit, indiquant qu’une pénurie de kits de tests pouvait être un facteur à l’origine de cette décision.

Le bureau de Bennett avait annoncé, la semaine dernière, que ce plan était acquis, qu’il n’en était plus au stade de la proposition. Il n’avait jamais dit qu’il avait été mis de côté.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a par ailleurs ordonné au ministère de la Défense d’acquérir suffisamment de kits de test pour effectuer 30 000 tests par jour, selon son bureau.

Le ministère de la Santé a cessé d’annoncer le nombre de tests qu’il effectue, mais le 25 mars, il a déclaré en avoir effectué 5 000 la veille.

Après la fin de la pandémie actuelle de coronavirus, Israël se retrouvera dans un monde « entièrement différent », a déclaré mardi Ben-Shabbat dans un briefing au ministre du Cabinet.

Selon Ben-Shabbat, qui coordonne la réponse des divers organismes gouvernementaux à la pandémie, les politiques actuelles visent quatre objectifs : ralentir la propagation de la maladie; améliorer la préparation aux situations d’urgence alors que la pandémie fait rage; créer des conditions pour revenir à la normalité et, enfin, un « retour lent, prudent et progressif à une routine qui est entièrement différente de tout ce que nous avions connu auparavant ».

Le lent retour aux jours pré-COVID-19 aura lieu « seulement après la Pâque et seulement après la fin des préparatifs », a déclaré Ben-Shabbat.

« Nous sommes toujours dans une zone dangereuse. Tout ce qu’il ne faut pas, c’est un jour comme Pourim, ou un [autre type de rassemblement de masse], afin de ne pas contrecarrer tous nos efforts, et nous sommes donc obligés de continuer avec les restrictions en vigueur et de suivre toutes les instructions. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...