Le Grand Rabbin de Jérusalem parmi les 220 Juifs naturalisés par l’Espagne
Rechercher

Le Grand Rabbin de Jérusalem parmi les 220 Juifs naturalisés par l’Espagne

Shlomo Amar a reçu la nationalité espagnole vendredi ; plus de 4 300 Juifs séfarades ont exercé leur droit au retour

Le rabbin Shlomo Ammar en janvier 2013 (Crédit : Uri Lenz/Flash90)
Le rabbin Shlomo Ammar en janvier 2013 (Crédit : Uri Lenz/Flash90)

Le grand rabbin séfarade de Jérusalem, Shlomo Amar, faisait partie des derniers groupes à avoir obtenu la nationalité espagnole en vertu de la loi sur le retour des descendants des Juifs séfarades de ce pays.

La nationalité espagnole a été accordée à Amar vendredi, selon l’agence de presse EFE, aux côtés de 219 autres personnes. Ils sont devenus des ressortissants espagnols par un décret conformément à la législation qui a été votée l’an dernier, en vertu de laquelle les descendants des Juifs séfarades ayant des liens prouvés avec l’Espagne peuvent être naturalisés pour devenir des citoyens espagnols. Plus de 4 300 personnes ont obtenu la nationalité espagnole en vertu de cette loi.

Des centaines de milliers de Juifs ont fui l’Espagne après 1492, lorsque l’Eglise catholique et la maison royale espagnole ont institué une campagne de persécution, accompagnée d’une conversion forcée au christianisme et de la dépossession contre les juifs. Cette période est connue sous le nom de l’Inquisition espagnole.

Les responsables espagnols ont déclaré qu’ils ont adopté la loi pour le retour des Séfarades pour réparer cette injustice historique. La législation en Espagne a été suivie en 2013 par l’adoption d’une loi de retour des Séfarades par le Portugal, où l’inquisition a commencé en 1536.

La loi du Portugal pour la naturalisation des descendants de Juifs séfarades est moins stricte que celle d’Espagne, qui exige que les candidats prouvent leur connaissance de la culture et de la langue espagnole. La loi portugaise ne requiert pas de telles exigences.

Ces lois ont été votés à un moment où il y avait une crise économique en Espagne et au Portugal, où le chômage représente plus que le double de la moyenne européenne et qui dans certaines parties est plus élevé que 40 % chez les jeunes travailleurs de moins de 25 ans. Les deux pays ont investi des millions de dollars pour attirer les touristes sur leurs sites du patrimoine juif et, séparément, ont également proposé la résidence et la citoyenneté éventuelle aux investisseurs riches avec les programmes appelés visas d’or.

L’Espagne et le Portugal sont membres de l’Union européenne et leurs citoyens peuvent s’installer et travailler dans l’un des 28 Etats membres de l’UE.

Beaucoup de Juifs qui ont fui l’Espagne et le Portugal se sont réfugiés en Afrique du Nord, y compris les ancêtres d’Amar, un ancien grand rabbin séfarade d’Israël, qui est né à Casablanca, au Maroc.

Dans un communiqué, son bureau a déclaré que le gouvernement espagnol lui a conféré la citoyenneté d’honneur, en reconnaissance de son travail au nom des descendants des Juifs expulsés d’Espagne à l’époque de l’Inquisition espagnole, ajoutant qu’il n’avait pas demandé la nationalité espagnole.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...