Le Hezbollah dit que l’Iran a la capacité de bombarder Israël en cas de guerre
Rechercher

Le Hezbollah dit que l’Iran a la capacité de bombarder Israël en cas de guerre

"Lorsque les Américains comprendront qu'une telle guerre pourrait rayer Israël de la carte, ils changeront d'avis", a déclaré Hassan Nasrallah

Le chef du Hezbollah, le cheikh Hassan Nasrallah s'adressant à la foule à Beyrouth au Liban, décembre 2011 (Crédit : AFP Photo/al-Manar TV)
Le chef du Hezbollah, le cheikh Hassan Nasrallah s'adressant à la foule à Beyrouth au Liban, décembre 2011 (Crédit : AFP Photo/al-Manar TV)

Le chef du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, soutenu par Téhéran, a estimé vendredi qu’Israël ne resterait pas « épargné » en cas de conflit entre l’Iran et les Etats-Unis.

« L’Iran a la capacité de bombarder Israël avec force et férocité », a ajouté Hassan Nasrallah dans une interview diffusée par la chaîne de télévision du Hezbollah, Al-Manar.

« Lorsque les Américains comprendront qu’une telle guerre pourrait rayer Israël de la carte, ils changeront d’avis », a-t-il encore dit, après plusieurs semaines de tension entre les Etats-Unis et l’Iran.

« Notre responsabilité collective dans la région est de travailler à prévenir une guerre américaine contre l’Iran », a-t-il dit, assurant que l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis n’avaient aucun intérêt à ce qu’un conflit éclate.

Vendredi, la Chambre des représentants américaine, contrôlée par les démocrates, a adopté une mesure restreignant la possibilité pour Donald Trump d’attaquer l’Iran, s’inquiétant du fait que le président républicain pourraient déclencher une guerre inutile.

Mais une initiative similaire a échoué au Sénat, aux mains des républicains.

Donald Trump a retiré en 2018 les Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015, et a rétabli de rudes sanctions dans la foulée. Mardi, Washington a décidé de nouvelles sanctions anti-Hezbollah, une organisation considérée comme terroriste par les Etats-Unis.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...