Le Labour réintègre un élu pour qui le parti s’excusait trop sur l’antisémitisme
Rechercher

Le Labour réintègre un élu pour qui le parti s’excusait trop sur l’antisémitisme

Chris Williamson s'en tire avec un avertissement, alors qu'un groupe juif britannique a qualifié la décision de "pure honte"

Le député travailliste Christ Williamson, vu en 2018, avait été suspendu du parti en février. (Jack Taylor/Getty Images via JTA)
Le député travailliste Christ Williamson, vu en 2018, avait été suspendu du parti en février. (Jack Taylor/Getty Images via JTA)

JTA — Un allié clef du chef du parti Travailliste britannique Jeremy Corbyn, qui avait été suspendu du parti Travailliste britannique pour avoir dit que la formation politique « s’excusait trop » sur l’antisémitisme, a été réintégré dans le parti.

Mercredi, le comité pour l’éthique du parti a averti le législateur Chris Williamson pour avoir dit plus tôt cette année qu’en ce qui concerne le problème d’antisémitisme du parti Travailliste, ceux qui niaient ce problème « ont trop reculé, nous avons cédé trop de terrain, nous nous sommes trop excusés ». Le parti Travailliste britannique a suspendu Williamson en février avant l’examen du comité d’éthique.

Cette remarque était un épisode parmi beaucoup d’autres dans une longue série de trois ans de prolifération des discours de haine antisémite au sein des rangs du parti Travailliste et de divisions internes pour savoir comment traiter le problème.

Le parti Travailliste est visé par une enquête de la Commission d’Egalité et des droits de l’homme, un organisme de veille du gouvernement, pour des milliers de cas de discours de haine antisémite dans ses rangs depuis 2015.

Le Board of Deputies of British Jews, a déclaré que la suspension était « la bonne décision, qui était attendue depuis longtemps ». Sa vice-présidente, Amanda Bowman, a qualifié sa réintégration de « pure honte » et « de preuve supplémentaire » pour l’enquête de la commission des droits.

Depuis son élection en 2015 à la tête du parti Travailliste, Corbyn a lutté contre les accusations sur son attitude critique envers Israël et de sa supposée tolérance de l’antisémitisme qui aurait instillé une haine des Juifs au coeur du parti.

Mardi, The Times of London a démontré comment des comptes Twitter soutenant Corbyn ont partagé le même profil en présentant les auteurs comme des descendants de survivants de la Shoah.

En 2009, Corbyn a qualifié le Hamas et le Hezbollah de ses amis et a dit que le Hamas travaillait à obtenir la paix et la justice. En 2013, il a défendu une peinture murale antisémite. En 2014, il a déposé des fleurs sur les tombes de terroristes palestiniens qui ont assassiné des athlètes israéliens à Munich en 1972. L’année suivante, il a déclaré que les « Sionistes » britanniques ne comprennent pas l’ironie britannique.

Kalen Ockerman's mural 'The Enemy of Humanity' (photo credit: YouTube screen shot)
La fresque de Kalen Ockerman : « L’Ennemi de l’Humanité » (Crédit : Capture d’écran YouTube)

En février, Williamsom a réservé une salle au Parlement pour la projection d’un film par l’activiste Jackie Walker intitulé la « Chasse aux sorcières » sur sa suspension du parti Travailliste au cause de l’antisémitisme.

Plus tôt ce mois-là, neuf élus ont quitté le parti, en critiquant la gestion de l’antisémitisme par les responsables du parti. L’une d’entre eux, Luciana Berger, a tweeté, en réponse aux propos de Williamson, pour dire : « C’est ce que j’ai laissé derrière moi. C’est toxique ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...