Rechercher

Le maire de Toulouse critiqué pour avoir dénoncé l’antisémitisme d’extrême gauche

Jean-Luc Moudenc s’est exprimé contre les nouvelles formes d’antisémitisme, irritant ainsi un député de la Nupes

L'ancien maire de Toulouse Pierre Cohen et le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc assistent à une cérémonie de commémoration des victimes du tireur islamiste Mohamed Merah, à Toulouse, dans le sud-ouest de la France. le 19 mars 2022. (Crédit : Lionel BONAVENTURE / AFP)
L'ancien maire de Toulouse Pierre Cohen et le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc assistent à une cérémonie de commémoration des victimes du tireur islamiste Mohamed Merah, à Toulouse, dans le sud-ouest de la France. le 19 mars 2022. (Crédit : Lionel BONAVENTURE / AFP)

Le 19 août dernier, Jean-Luc Moudenc (Républicains), maire de Toulouse, a prononcé un discours commémorant le 78e anniversaire de la Libération de la ville.

Dans celui-ci, il s’est notamment exprimé contre les nouvelles formes d’antisémitisme, irritant à cette occasion les représentants et sympathisants de la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes) de Haute-Garonne.

L’édile a ainsi estimé que « longtemps apanage de l’extrême droite, l’antisémitisme y est toujours présent mais il a essaimé ailleurs ». Il a critiqué en particulier « l’extrême-gauche tendance Corbyn (Jeremy Corbyn, ex-leader du Parti travailliste britannique) » et affirmé que l’antisémitisme « s’insinuait dans les courants de pensée islamo-gauchistes qu’il est de si mauvais ton de dénoncer lorsqu’ils mettent à mal l’objectivité républicaine de tel ou tel établissement d’enseignement supérieur… »

François Piquemal, député de la quatrième circonscription de la Haute-Garonne, a réagi à ce discours en regrettant que « ce qui devait être un moment de cohésion pour les Toulousains a été entaché de l’utilisation par le maire d’une expression émanant de l’extrême droite : ‘l’islamo-gauchisme’ héritée du qualificatif ‘judéo-bolchévik’ utilisée à des fins antisémites par l’extrême droite dans les années 1930 ».

« Il est regrettable que M. Moudenc ait utilisé cette expression qui participe à la banalisation des idées de l’extrême droite », a-t-il affirmé.

Le député déplore également la façon dont les éléments du discours du maire se sont retrouvés sur les réseaux sociaux, et a évoqué une « attaque en bande organisée » orchestrée par plusieurs adjoints au maire à son encontre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...