Rechercher

Le Maroc et Israel Aerospace Industries s’allient dans le secteur aéronautique

Ce "partenariat stratégique" prévoit une coopération technologique et l'installation d'un centre de recherches, de développement et d’ingénierie au Maroc

(De droite à gauche) Boaz Levy, président-directeur général d'IAI, Ryad Mezzour, ministre marocain de l'Industrie et du Commerce, et Amir Peretz, président du conseil d'administration d'IAI, lors d'une réunion au Maroc, le 23 mars 2022. (Crédit  : Israël Aerospace Industries)
(De droite à gauche) Boaz Levy, président-directeur général d'IAI, Ryad Mezzour, ministre marocain de l'Industrie et du Commerce, et Amir Peretz, président du conseil d'administration d'IAI, lors d'une réunion au Maroc, le 23 mars 2022. (Crédit : Israël Aerospace Industries)

Le ministère marocain de l’Industrie et Israel Aerospace Industries (IAI), le premier groupe aéronautique public israélien, ont scellé mercredi un accord de coopération, nouveau signe du partenariat grandissant entre les deux pays.

Les deux parties ont signé un mémorandum d’entente (MoU) lors de la visite à Rabat du président du conseil d’administration d’IAI, Amir Peretz, ex-ministre de la Défense.

Cet accord est « une étape supplémentaire dans la création d’un nouveau partenariat entre IAI et les industries aéronautique et spatiale au Maroc », a déclaré M. Peretz, qui a rappelé être né au Maroc.

« Je connais bien l’incroyable potentiel qui existe au Maroc, et ce n’est qu’un début. Ensemble, nous allons constituer des équipes conjointes qui feront de notre vision une réalité. Aujourd’hui, je suis rempli de fierté à l’idée que mon pays, Israël, se rapproche du pays où je suis né, le Maroc », a déclaré Peretz.

« C’est un réel privilège que de prendre part au renforcement du Maroc dans les domaines de la défense, de l’économie et de l’aviation », a-t-il ajouté.

Selon le PDG d’IAI, Boaz Levy, l’accord « contribuera à promouvoir des projets communs et commerciaux dans l’industrie aéronautique ».

Ce « partenariat stratégique » prévoit une coopération technologique et l’installation d’un centre de recherches, de développement et d’ingénierie au Maroc, selon un communiqué conjoint.

Il « répond aux priorités nationales » du Maroc en matière de formation, d’emploi et d’innovation, a souligné le ministre de l’Industrie et du Commerce Ryad Mezzour.

Si le MoU n’inclut pas de volet militaire selon des médias marocains, il survient dans un contexte de vives tensions régionales avec l’Algérie voisine, notamment sur la question du territoire disputé du Sahara occidental.

Israël est l’un des premiers exportateurs mondiaux de drones armés, et des médias marocains et israéliens ont fait état fin novembre d’un contrat de 22 millions de dollars -non confirmé officiellement- entre Rabat et IAI pour la livraison de « drones kamikazes ».

Israël et le Maroc ont normalisé leurs relations en décembre 2020 dans le cadre d’un processus de normalisation entre l’Etat hébreu et plusieurs pays arabes, soutenu par l’ex-administration américaine de Donald Trump.

Depuis, plusieurs ministres israéliens ont effectué des visites au Maroc, signant des accords de coopération dans les domaines technologique, sécuritaire, militaire et économique.

Mardi, un premier forum virtuel a réuni des investisseurs marocains et israéliens pour encourager le tourisme israélien au Maroc, après l’ouverture de la première ligne directe entre Casablanca et Tel Aviv.

Les 700 000 Israéliens d’ascendance marocaine ont souvent gardé des liens forts avec leur pays d’origine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...