Le rabbin Raziel Shevach assassiné enterré à Havat Gilad, affirme sa veuve
Rechercher

Le rabbin Raziel Shevach assassiné enterré à Havat Gilad, affirme sa veuve

YossI Dagan recommande au gouvernement de reconnaître l'avant-poste illégal, disant que ce serait la "vraie réponse au terrorisme". L'armée se livre à des recherches intensives

Le rabbin Raziel Shevach avec sa fille, photo non-datée (Autorisation de la famille)
Le rabbin Raziel Shevach avec sa fille, photo non-datée (Autorisation de la famille)

Le rabbin Raziel Shevach, tué par balles lors d’un attentat terroriste commis dans la nuit de mardi, sera enterré dans l’avant-poste illégal de Cisjordanie où il vivait, a affirmé sa veuve Yael.

Les funérailles de Shevach devraient avoir lieu mercredi à 13 heures à l’avant-poste.

« Nous avons décidé ensemble en famille d’enterrer Raziel, mon époux bien-aimé, que Dieu puisse venger son sang, dans la communauté de Havat Gilad où il était actif », a indiqué Yael Shevach dans un communiqué.

« Raziel avait demandé, si quelque chose devait lui arriver, d’être enterré à Havat Gilad. C’était sa volonté », a-t-elle ajouté. « Nous honorons sa demande et nous l’enterrerons dans une communauté qu’il adorait et au nom de laquelle il agissait. J’appelle toute la population en Israël à venir accompagner Raziel à Havat Gilad en Samarie. C’est ma demande ».

Elle a été soutenue par le chef du conseil régional de Samarie, Yossi Dagan, qui a également appelé le Premier ministre et le ministre de la Défense à autoriser l’enterrement de ce père de six enfants âgé de 35 ans au sein de l’avant-poste et à donner un statut légal à cette communauté, située à proximité de Naplouse, qui a été démantelée à plusieurs occasions avant d’être reconstruite par les habitants.

« En un jour si terrible pour la famille, pour la Samarie et pour le peuple d’Israël, la réponse correcte à apporter à ces terroristes méprisables qui voulaient assassiner un Juif et nous expulser de ce lieu où nous nous tenons, sur la terre d’Israël, est d’annoncer aujourd’hui… la reconnaissance totale de Havat Gilad », a dit Dagan.

Shevach a été tué par des tireurs embarqués dans un véhicule alors qu’il circulait à bord de sa voiture sur l’autoroute, à proximité de son domicile, peu avant 20 heures.

Il a été blessé à la nuque mais il est parvenu à téléphoner à son épouse, lui demandant d’appeler une ambulance. Des personnels médicaux civils et militaires se sont rendus sur les lieux, tentant de stopper l’hémorragie alors qu’il était emmené vers l’hôpital de Kfar Saba où il a été déclaré mort. Avant son évacuation, il a eu le temps de lancer un appel au secours avec son téléphone qui a été diffusé par la radio publique.

Les soldats israéliens établissent un barrage sécuritaire dans le nord de la Cisjordanie après un attentat terroriste le 9 janvier 2018 (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne a annoncé mercredi avoir lancé des recherches intensives et multiplié les barrages routiers dans le nord de la Cisjordanie et dans toute la région de Naplouse pour tenter de retrouver les auteurs de l’attentat. Dans la nuit, les forces spéciales israéliennes se sont jointes à cette recherche, pénétrant dans les villages palestiniens avoisinants pour localiser les attaquants.

Le président israélien Reuven Rivlin a affirmé mardi soir dans un communiqué qu’il était « certain » que les « forces de sécurité mettront la main sur les auteurs de cette attaque pour les traduire en justice et empêcher le terrorisme de relever la tête ».

Yoav Galant, le ministre du Logement, a proposé à la radio militaire en guise de représailles de « détruire la maison des terroristes qui tuent de sang-froid des Israéliens et d’expulser leur famille en Syrie ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a tweeté que « les forces de sécurité feront tout leur possible afin de retrouver le meurtrier et l’Etat d’Israël le traduira en justice ».

Pour sa part, le député du parti HaBayit HaYehudi, Bezalel Smotrich, a écrit sur Twitter que « s’ils ne veulent pas que l’opinion publique ne se fasse justice elle-même, alors le système doit faire quelque chose » pour les violences palestiniennes.

Les Brigades Ezzedine al-Qassam, l’aile armée du groupe terroriste du Hamas a diffusé un communiqué saluant l’attentat, le qualifiant « d’héroïque » et le voyant comme le signal de futures attaques à venir, même si le mouvement n’en a pas revendiqué la responsabilité.

« L’attaque commise aux abords de Naplouse est la première réponse réelle qui montre aux chefs des ennemis et à ceux qui se trouvent derrière eux (les Etats-Unis) que les choses que vous craignez sont en train de se réaliser », a dit le Hamas.

Des responsables de la défense israéliens ont averti de manière répétée que le Hamas cherche à commettre des attentats en Cisjordanie.

Mercredi matin, le chef d’Etat-major de l’armée israélienne Gadi Eizenkot s’est rendu dans la zone.

Eizenkot s’est entretenu au cours de sa visite avec le chef du commandement central de l’armée, le général de division, Roni Numa; le responsable de la division de Judée et Samarie, le général de division Eran Niv et celui de la Brigade de Samarie, le colonel Gilad Amit.

Les forces israéliennes ferment une route le 10 janvier 2018 après l’assassinat d’un rabbin de 35 ans la nuit précédente, à côté de Naplouse (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)

« Les forces de sécurité avec l’assistance des forces spéciales procèdent à des recherches dans le secteur de l’attaque », selon un communiqué de l’armée », a fait savoir un communiqué des militaires.

Les Palestiniens qui entrent et sortent des villages situés près de Naplouse sont soumis à des « contrôles de sécurité », a ajouté le communiqué.

Les médias palestiniens ont rapporté des embouteillages routiers au nord de la Cisjordanie en raison des barrages, en particulier à l’entrée de Naplouse.

Mercredi matin, certains de ces checkpoints ont été levés.

Durant la visite d’Eizenkot dans la zone, un militant pro-implantation local l’a interpellé, lui demandant pourquoi l’armée avait levé ces barrages.

« Pourquoi avez-vous enlevé ces barrages ? Monsieur le chef d’Etat-major, pourquoi avez-vous fait enlever ces barrages ? », a crié le militant, Tzvi Sukkot, avant que les gardes du corps d’Eizenkot lui demandent de partir.

Sukkot, qui habite l’implantation voisine de Yitzhar, a également dit au chef militaire que les résidents d’implantations du secteur avaient, au début de la semaine, informé l’armée de tentatives d’attentats à l’arme à feu.

Lundi, Sukkot avait écrit sur Facebook qu’un habitant de Yitzhar se trouvait au volant de sa voiture lorsqu’un véhicule s’était placé à côté du sien et que le conducteur avait sorti ce qui avait paru être une arme à feu mais que, pour certaines raisons, il ne s’en était pas servi.

« Pourquoi faut-il qu’on vous avertisse ? Pourquoi faut-il qu’on vous avertisse encore et encore ? », a-t-il crié.

Selon des sources de sécurité palestiniennes, aucune arrestation n’a eu lieu pour le moment et des habitants d’implantation israéliens ont lancé des pierres sur des voitures de Palestiniens à proximité des carrefours de Yitzhar et Shiloh dans le secteur de l’attaque en représailles apparentes à la mort de Shevach, selon la Dixième chaîne.

Des incidents similaires ont été rapportés dans les villages avoisinants d’Asira al-Qibliya, Jalud et Burin. Quatre personnes ont été légèrement blessées, ont fait savoir les Palestiniens.

L’armée a fait savoir qu’elle avait dispersé les attaquants.

Pour sa part, Yossi Dagan a encore vivement critiqué le gouvernement qui a échoué à installer des caméras de sécurité dans le secteur.

« Si elles avaient été (installées), ces vils meurtriers auraient été attrapés. Raziel a été tué près de la communauté de Gilad où il n’y a pas d’appareil sécuritaire, malgré les demandes répétées de mon conseil régional », a-t-il dit dans un communiqué.

Yossi Dagan. (Crédit : capture écran Deuxième chaîne)

« Cette attaque terrible devrait être un signal d’avertissement formidable », a-t-il ajouté.

Dagan a expliqué que la légalisation de Havat Gilad était dorénavant « la vraie réponse au terrorisme ».

« J’appelle le Premier ministre et le ministre de la Défense à autoriser la chère famille à réaliser la dernière volonté de l’homme assassiné et à enterrer Raziel dans la communauté où il vivait et qu’il aimait si fortement », a-t-il dit.

Dagan a demandé la suppression de toutes les restrictions politiques sur les constructions en Cisjordanie et un feu vert pour la construction de centaines d’unités de logement à Havat Gilad pour « diminuer la motivation du terrorisme ».

Au mois de novembre, il avait commencé une grève de la faim aux côtés des représentants de familles en deuil, appelant le gouvernement à immédiatement transférer des fonds pour améliorer les infrastructures de sécurité en Cisjordanie. La campagne s’était achevée par un accord signé avec Netanyahu qui promettait d’allouer 800 millions de shekels du budget 2018 au développement des routes et des infrastructures en Cisjordanie.

Havat Gilad a été établi en 2002 en mémoire de Gilad Zar, coordinateur de la sécurité du conseil régional de Shomron, mort dans un attentat l’année précédente.

Une porte-parole du Conseil régional de Samarie a indiqué que Shevach serait enterré à l’avant-poste, avec ou sans permission.

Même s’il n’y a, « bien sûr, aucune approbation pour le faire », a-t-elle dit, les autorités n’ont pas tenté d’empêcher les funérailles.

Le rabbin Raziel Shevach avec sa famille, photo non-datée (Autorisation de la famille)

Shevach, selon ses amis et sa famille, était un homme de coeur et une personnalité centrale de Havat Gilad.

« Il était quelqu’un de très spécial », raconte son ami Yehuda Hass, qui était, comme lui, infirmier bénévole pour Magen David Adom. « Encore récemment, il avait été cité pour son travail au sein de l’organisation. Il était le rabbin officieux de Havat Gilad.”

Ce père de 35 ans de six enfants était également rabbin dans une yeshiva et mohel.

« Il était un mohel très connu ici… dans le secteur, et entièrement bénévole », a déclaré Hass au site Ynet. « Il était un grand homme avec un grand coeur ».

Le chef ashkénaze David Lau a également fait une déclaration disant avoir le coeur brisé par le décès de Shevach. Il l’a décrit comme un homme « unique, affable, une personnalité rare », qui « consacrait son existence à sauver des vies, à enseigner la Torah et à sauvegarder le judaïsme et la terre d’Israël ».

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...