Le Tribunal du Travail refuse la demande d’appel de la femme du Premier ministre
Rechercher

Le Tribunal du Travail refuse la demande d’appel de la femme du Premier ministre

Sara Netanyahu ne pourra pas faire appel de la décision de justice, qui a statué en faveur de l'employé de la résidence officielle, ordannant un dédommagement pour mauvais traitements

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Sara Netanyahu, l'épouse du Premier ministre Benjamin Netanyahu, avec son avocat, Yossi Cohen, au tribunal régional du travail de Jérusalem, le 29 octobre 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Sara Netanyahu, l'épouse du Premier ministre Benjamin Netanyahu, avec son avocat, Yossi Cohen, au tribunal régional du travail de Jérusalem, le 29 octobre 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le Tribunal National du Travail a rejeté l’appel de la femme du Premier ministre Benjamin Netanyahu, de la décision l’enjoignant de dédommager l’ancien employé de maison de la résidence officielle du couple, qui avait accusé l’épouse du Premier ministre de violence verbale et mentale.

De plus, le Tribunal du Travail, qui siège à Jérusalem, a ordonné à Sara Netanyahu de payer la somme de 3 000 shekels en frais juridiques au sujet de la requête rejetée.

L’agent d’entretien Guy Eliyahu avait attaqué en justice le cabinet du Premier ministre pour renvoi injustifié et mauvais traitements, alors qu’il travaillait à la résidence de Jérusalem. Ce procès fait partie de plusieurs autres procès accusant Sara Netanyahu de maltraiter ses employés.

Netanyahu avait espéré faire appel de la décision rendue en mai par le Tribunal du Travail qui avait accordé 120 000 shekels (soit plus de 28 000 €) de dommages à Eliyahu.

La juge Gita Proginin a ordonné à la société de ressources humaines Cleanor, qui employait Eliyahu, de lui verser 30 000 shekels (3 000 €), et à l’État de payer 65 000 shekels (un peu plus de 15 300 €) pour détresse morale et 25 000 shekels pour avoir transgressé le code du travail au regard des heures de travail et des heures de repos.

L’État et Cleanor ont également eu à payer 12 000 shekels (2 800 €) en frais juridiques à payer sous 30 jours.

L'ancien employé de la résidence du Premier ministre, Guy Eliyahu, s'exprime devant les médias alors qu'il arrive à son procès contre le Bureau du Premier ministre au tribunal du travail régional de Jérusalem, le 29 octobre 2015 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
L’ancien employé de la résidence du Premier ministre, Guy Eliyahu, s’exprime devant les médias alors qu’il arrive à son procès contre le Bureau du Premier ministre au tribunal du travail régional de Jérusalem, le 29 octobre 2015 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Dans le témoignage donné en septembre, Eliyahu a déclaré à la Cour que Sara Netanyahu l’avait appelé pour qu’il vienne travailler après minuit pour réchauffer un bol de soupe. « Vous reviendrez à chaque fois que je voudrais manger », lui aurait-elle rétorqué.

Il avait également été rappelé à la résidence en pleine nuit pour n’avoir pas souhaité « bonne nuit » à Mme Netanyahu. « Vous devez me dire bonsoir avant de partir », dit-il en citant Sara Netanyahu. Une autre fois, il raconte avoir été envoyé acheter de la nourriture, pour être ensuite accusé « d’essayer de la faire grossir » à son retour.

En mars, Proginin avait accordé à Menny Naftali, ancien concierge de la résidence du Premier ministre, la somme de 170 000 shekels en dommages et intérêts (40 000 €), suite à ses plaintes de mauvais traitements infligés par Sara Netanyahu. Après ce verdict, Sara Netanyahu avait tenté, en vain, de récuser Proginin du procès d’Eliyahu.

Yossi Cohen, ami de longue date et avocat de Sara Netanyahu, avait rejeté la décision du procès Eliyahu, en disant « que les vrais mauvais traitements étaient infligés par la juge Proginin, qui, comme attendu, a manifestement ignoré à nouveau le témoignage de Mme Netanyahu. »

Il a également accusé la cour d’avoir géré le procès de manière unilatérale, et « Mme Netanyahu n’a pas eu le droit de faire appel à des témoins qui auraient discrédité les accusations mensongères de Guy Eliyahu. »

Ce déchainement à valu à Maitre Cohen une audience disciplinaire à l’Association du Barreau, tandis que l’Autorité judiciaire de l’État à qualifié ses propos de propos « irresponsables » et a annoncé qu’elle déposera plainte contre Maitre Cohen auprès de l’Association du Barreau israélien.

L’équipe du Times of Israël à participé à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...